Soirée déjantée au Magog : la scène musicale underground en pleine santé

Par Thomas Chenel

Le mardi 25 juillet dernier, les groupes MSS FRNCE (punk/hardcore), Mojo Wizard (stoner rock) et Double Date with Death (garage rock) offraient une performance endiablée au Bar Le Magog. Malgré un public de petite envergure, les gens présents au concert ont su profiter adéquatement de la musique explosive qui leur était livrée.

Le punk n’est pas mort…

Fraichement arrivé de Paris, le groupe français MSS FRNCE nous a agréablement surpris avec un spectacle tout droit sorti des bars crasseux des années 80. Influencés par les groupes punks de l’époque tels que Black Flag et Dead Kennedys, les quatre Français enchainent les unes après les autres de courtes compositions au rythme effréné bourrées d’une énergie débordante. Dès la première chanson, je ne peux cacher mon enthousiasme; j’en ai encore mal à la nuque deux jours plus tard. Si vous aimez le punk/hardcore authentique, MSS FRNCE est indéniablement à voir.

Lourdeur et psychédélisme

Après une dizaine de morceaux, la fougue française fait place à la lourdeur sherbrookoise. Imaginez une rencontre entre le heavy métal ténébreux de Black Sabbath et le rock psychédélique mélodieux de Tame Impala : vous obtenez Mojo Wizard, une formation bien de chez nous. Cette fois, le tempo est beaucoup plus lent et le groupe est muni d’un claviériste. On a donc droit à un spectacle complètement différent du précédent, mais tout aussi délectable. Un mur sonique imposant frappe les tympans alors que la section rythmique fait battre la tête à la manière d’un métronome. L’ambiance est à la fête et le public commence à se réchauffer et à montrer un peu plus d’enthousiasme envers le groupe.

Un amalgame d’influences explosif

Lorsque Double Date with Death entre sur scène, l’alcool a déjà lubrifié les aptitudes sociales d’une grande partie du public. Dès les premières mesures du spectacle, le volume écrasant du trio de musiciens encourage la foule à s’animer et à se bousculer avec entrain et camaraderie. Musicalement, le groupe montréalais est particulièrement original; bien que majoritairement tiré du garage rock, le son de Double Date with Death contient aussi des traces de punk, de rock psychédélique et, surtout, de rock alternatif des années 90. L’énergie électrisante du punk s’allie au son particulier de groupes comme Sonic Youth et Smashing Pumpkins, et les mélodies sont teintées d’une douce mélancolie, ce qui apporte un équilibre au tout. « Ce n’est pas de la musique calculée », m’affirme Vincent, le chanteur/guitariste du groupe, lorsque je lui demande de qualifier sa musique après le spectacle. En effet, le rock du trio a un fil très improvisé, très viscéral, qui fait son charme.

Acouphène et douleurs musculaires

Le lendemain matin, je me retrouve à demi sourd et pratiquement infirme, signes d’une soirée réussie. Il est commun d’entendre chez les mélomanes que la scène rock underground est souffrante, qu’elle se fait tranquillement remplacer par le hip-hop et la musique électronique. Cette soirée au Magog m’a pourtant fait réaliser qu’au contraire, elle est très vivante, et que les petits concerts de musique punk et rock sont toujours aussi agréables à fréquenter. L’ambiance amicale, le défoulement thérapeutique, la musique organique et, surtout, l’amour et la passion des musiciens envers leur gagne-pain font de ces concerts des soirées mémorables à coup sûr. Encourager la scène musicale émergente est une expérience jamais banale. Je vous invite à vous ouvrir à des styles de musique et à des artistes auxquels vous n’auriez normalement pas porté intérêt : vous pourriez être très surpris.


Crédit Photo © desindiensdanslaville

Laisser une réponse

Recommandation