Soirée E5 : Rendons Sherbrooke un peu plus équitable, plus solidaire, plus commun!

Par Filiz Margarete Yildirim

T’imagines les examens qui approchent, c’est le troisième jour consécutif que tu es chez toi plongé dans tes livres. T’imagines encore que tu décides de changer l’environnement d’apprentissage, de te sociabiliser quand même un petit peu en étudiant dans le café du coin. De toute façon, eux, ils font un meilleur cappuccino que ta petite machine.

Belle petite histoire jusqu’ici, mais est-ce que tu as déjà réfléchi au fait que tu es privilégié de pouvoir te permettre de passer une journée dans un café dans lequel tu dépenses facilement un dix? Que c’est un luxe d’avoir la possibilité de tenir une agréable conversation avec ta voisine de table, d’échanger avec elle sur n’importe quel sujet lors de la pause?

David Tremblay, étudiant de l’Université de Sherbrooke, le sait très bien puisque dans son quartier, une bonne partie des habitants sont socialement isolés, car ils ne possèdent pas les moyens de s’acheter des bons moments dans un café.

Contrairement à la majorité des gens qui se rendent compte d’une injustice (sociale), lui, il a décidé de la contrecarrer en mettant sur pied le café communautaire L’Accès. Ce faisant, il s’est inspiré d’un projet déjà existant au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Le concept est simple, or très pertinent : afin de créer un espace d’échange accessible pour tout le monde, le client détermine lui-même le montant qu’il peut, qu’il veut payer pour le café. La bonne nouvelle, c’est que dans des projets similaires, ce principe solidaire fonctionne parce que les consommateurs n’ayant pas de difficultés monétaires payent assez pour compenser le déficit.

Cette idée a été présentée dans le cadre des soirées E5 au Refuge des brasseurs. Pendant ces soirées, l’équipe Enactus de l’Université de Sherbrooke offre une tribune à cinq projets entrepreneuriaux différents. À la suite des démonstrations, le public a la possibilité de poser des questions pendant cinq minutes et ce sont aussi les auditeurs qui décident à la fin du concept qui a pu les convaincre le plus. Comme prix, les gagnants reçoivent le montant total rassemblé au moyen de la vente des billets.

Cette soirée-là, c’est le café communautaire qui remporte la somme de 375 $. Ainsi, L’Accès a triomphé sur quatre autres projets formidables, à savoir La FourmiliAire de Hugues Bergeron qui vise à mettre en disposition des locaux de travail coopératif, des salles de formation et de conférence à une clientèle diversifiée.

Diversité de projets, c’est aussi la grande ligne de la soirée E5 : Adam Frégeau, issu d’Énergie Solution Associés, essaie de convaincre le public avec son concept d’efficacité énergétique dans le cadre de l’élevage des volailles promettant que ses clients pourraient économiser 50 % de leurs dépenses en lien avec le chauffage.

La soirée progresse avec Roy Patterson et son Hôtel Wellington Sud qui est conçu comme un projet communautaire mettant en contact les touristes et la communauté locale qui sera impliquée et qui pourra aussi utiliser quelques locaux, tels que la piscine.

Yasmine Berbiche et Guillaume Sirois concluent la soirée avec la présentation de leur Camp de réconciliation Giive, lieu de rencontre entre autochtones et non-autochtones. Les deux étudiants ont entendu la nécessité d’une telle offensive à l’égard des injustices commises envers les autochtones de la part des non-autochtones au cours de l’histoire.

Les soirées E5 sont une occasion de connaitre des initiatives diverses qui contribuent toutes à un meilleur fonctionnement de notre société et qui peuvent la rendre un peu plus juste. Soyez donc nombreux et nombreuses à assister aux prochaines soirées E5. Vos cinq dollars peuvent changer quelque chose.

Partager cette publication