Sortir avec un polyamoureux, bon pour le moral et les études?

Par Priscillia Kizizié Deltombe

Depuis quelque temps, je vis à Montréal et j’étais en projet de mémoire. Montréal, c’est bien, c’est beau et ça bouge tout le temps. C’est donc à Montréal et non à Sherbrooke que j’ai entendu pour la première fois ce terme de « polyamoureux ». Fini, donc, les Roméo et Juliette, Bonnie et Clyde, Tristan et Iseult ou encore les Brad Pitt et Angelina. Aujourd’hui, la monogamie, c'est terminé. Du moins pour les polyamoureux…

Les polyamoureux, qu’est-ce que c’est? Ce sont des personnes qui ont décidé de rejeter la monogamie, car, selon eux, il est illusoire de croire qu’une seule personne peut répondre à tous nos besoins et à toutes nos attentes, et qu’il est impossible de trouver sur terre une seule âme sœur que l'on appréciera toute notre vie.  De ce fait, si l'on peut aimer plusieurs personnes à la fois, on a plus de chances d’être satisfait dans la vie. Comment ça fonctionne?  Eh bien, il y a plusieurs formes de polyamoureux, et pour n’en citer que quelques-unes, voici un tableau repris dans un article de Lili Boisvert sur le site de Radio-Canada.

C’est sûr, il ne faut pas être jaloux. De ce fait, pour les polyamoureux, il est important, voire primordial, d’avoir une totale confiance et de faire des compromis. Tout doit se négocier, car certains n’ont pas les mêmes attentes. Les polyamoureux ont certainement beaucoup de liberté, mais se basent aussi sur des règles décidées ensemble et respectant chacune des personnes touchées dans la relation.

Être polyamoureux compte de nombreux avantages. Notamment, le sentiment de liberté, faire de nouvelles rencontres, la possibilité de faire quelque chose au lit que notre partenaire n’aime pas forcément avec quelqu’un qui aime cela, ne pas avoir à en terminer avec nos autres relations avant d’en commencer une autre ou encore pouvoir connaître différentes formes de couple, d’affection, etc. Par exemple, si on aime chez Paul son côté

« homme dominant », nous pouvons trouver chez Sam ce côté affectueux et chez Lucie, la sécurité et ainsi ne pas demander à son partenaire de modifier son comportement, de ne pas chercher à changer la personne.

Ce que j’ai pu constater autour de moi, notamment auprès de trois amis différents, c’est que quand tout est fait dans les règles de l’art, tout le monde est comblé. En effet, j’ai pu remarquer que chaque partenaire (aussi polyamoureux) était heureux et l’affection était répartie équitablement. Les polyamoureux sont de ce fait souvent comblés et donnent beaucoup d’affection et d’amour naturellement autour d’eux. Mais, encore une fois, ceci s’applique quand c’est bien négocié et que l'on croit dur comme fer à ce mode de vie.

En tant qu’étudiante qui fréquente un polyamoureux, c’est sûr qu’entre le travail et les études, c’est l’une des meilleures solutions quand on veut s’impliquer dans une relation sans que le manque de temps puisse refroidir la personne, puisque celle-ci est aussi comblée par d'autres personnes. Cependant, en ce qui me concerne et n’étant absolument pas polyamoureuse (et je m’y suis essayée), c’est tout simplement mauvais pour le moral. On ne sait pas quel titre donner à cette personne sachant que l'on vit plus que du sexe entre amis, mais plutôt une véritable relation. On se pose aussi beaucoup de questions. Pourquoi il ou elle a besoin de voir ailleurs? Qu’est-ce qu’elles ont que je n’ai pas? Fort heureusement, ma fréquentation est très à l’écoute. Mais il reste les autres questionnements quand vous êtes profondément et inconditionnellement amoureuse et que vous croyez que vous pouvez faire votre vie avec une seule et unique personne, entre autres : est-ce que je pourrai longtemps continuer comme cela?


Partager cette publication