Crédit : Laboratoire de recherche en urogynécologie
Crédit : Laboratoire de recherche en urogynécologie

Plusieurs projets de recherche clinique se déroulent à l’UdeS. Ces projets permettent aux étudiants d’en apprendre plus sur leur domaine d’études, en plus de permettre l’avancement en médecine ou en sciences.

Par Vanessa Racine 

C’est ainsi que deux étudiantes au doctorat en sciences cliniques de l’Université de Sherbrooke ont décidé de se lancer dans un projet ambitieux, celui de comprendre les douleurs chez la femme lors des relations sexuelles. Bien que cette pathologie soit taboue, elle touche tout de même une femme sur cinq. Cette étude clinique est en cours afin d’évaluer un traitement central de la douleur : la stimulation transcrânienne par courant direct (tDCS). Aucun médicament ni chirurgie, ce qui différencie ce traitement de ceux utilisés aujourd’hui.

Pour participer à l’étude, vous devez ressentir une douleur vive à l’entrée du vagin lors de tentative de pénétration vaginale ou à l’insertion d’un tampon depuis au moins six mois. De plus, vous devez être une femme caucasienne, âgée entre 18 et 45 ans.

Deux projets

Deux projets sont actuellement en cours dans le laboratoire de recherche en uro-gynécologie. Le premier projet évalue l’efficacité de cette nouvelle modalité de traitement non pharmacologique, soit la stimulation transcrânienne par courant direct (tDCS). Le second projet en cours vise à comprendre la physiopathologie de la vestibulodynie ainsi que l’influence des facteurs psychologiques.

Une compensation monétaire est offerte pour chaque projet. Les femmes peuvent participer aux deux projets de recherche.

Déroulement

Dans le cadre du projet évaluant l’efficacité d’un traitement de stimulation transcrânienne par courant direct (tDCS), la participation implique treize rencontres sur une période de trois mois.

Les participantes auront une chance sur deux de recevoir le traitement réel et une chance sur deux de recevoir le traitement simulé (placebo). Le choix du groupe sera fait au hasard. Les participantes devront se présenter au Centre de recherche du CHUS pour recevoir le traitement à l’étude, à raison d’une visite de 30 minutes par jour (du lundi au vendredi) pendant dix jours.

Pour ce qui est du projet visant à comprendre la physiopathologie de la vestibulodynie ainsi que l’influence des facteurs psychologiques, la participation implique quatre rencontres (la première étant d’une heure et les trois autres d’environ 45 minutes) pouvant s’étaler sur une période d’au plus dix jours. Les participantes seront invitées à remplir des questionnaires et seront soumises à deux tests de douleur.

Contact

Ce projet vous a interpellé? Vous croyez correspondre aux critères de recherche? Vous êtes donc invitées à communiquer avec la coordonnatrice de recherche, Mme Marie-Soleil Carroll, par téléphone au 819-346-1110, poste 18439 ou par courriel à l’adresse suivante, afin de valider votre admissibilité aux projets de recherche.

Vous pouvez également consulter le site Internet du laboratoire.

Partager cette publication