Sur la route parapapam-pam!

Par Guillaume Marcotte

«It’s the most wonderful time of the year!» En effet, on y est: la fin de la session est là! C’est après quatre mois de labeur, quatre mois loin de son chez-soi et de sa famille, quatre mois d’adaptation pour certains et quatre mois de longues heures passées à la bibliothèque pour d’autres, que sont complétés une quinzaine de crédits universitaires.

  

Il est temps de faire ses valises et de quitter les Cantons-de-l’Est pour n’y revenir qu’en 2016. Alors oublie un peu le stress et les dates d’échéance, et rappelle-toi que dans peu de temps, ces quelques plaisirs du temps des fêtes feront partie intégrante de ton présent!

Quand tu te réveilles et que tu as absolument rien à faire!

N’est-ce pas là le feeling le plus jouissif? Tu te réveilles sans cadran au milieu de l’après-midi et tu te tortilles dans ton lit: si tu paniques un deux secondes en pensant que tu dois aller rédiger ton rapport de lab, tu te détends ensuite en te rendant compte que oui, «It’s the most wonderful time of the year!», tes devoirs ne t’ont pas suivi jusque chez toi!

Quand tu te rends à la cuisine et que le garde-manger est plein à craquer!

Quoi? Un garde-manger plein? Il s’agit là d’un rare panorama pour un étudiant ou une étudiante universitaire. Il s’y trouve sans doute une caisse de V8 et une boîte de Val-Nature, mais il y a aussi un gigantesque pot de Nutella, ben des sacs de chips et deux ou trois barres de chocolat, sans oublier une caisse de bières qui sera bientôt dans le frigidaire, faute d’espace.

Quand tu retrouves tes amis de ton coin de pays et que rien n’a changé!

Ça fait quatre mois que tu n’as pas revu tes amis, pas parce que tu n’es pas retourné dans ton bout du Québec, mais parce que ça n’a jamais adonné. C’est toujours revigorant de les retrouver autour d’un déjeuner, d’un jeu de société ou même d’un verre, et de rattraper le temps perdu à coup de «J’t’ai tu conté ça?»

Quand tu restes avachi sur ton sofa en pyjama toute la journée et que tu écoutes une saison complète en moins de 24 heures!

Et après tu te sens mal, pas parce que t’as été complètement inutile, mais parce que la fin de la saison 5 de Game of Thrones a été particulièrement sanglante, tuant ton personnage préféré et que avril 2016 est franchement trop loin!

Quand tu te promets de tenir tes résolutions cette année et que tu sais pertinemment que ça tiendra pas plus que deux semaines!

C’est le temps de Noël; c’est la temps de la nouvelle année; c’est le temps pour le changement! Du moins, est-ce là ce que l’on se dit tous un peu naïvement. Le fait est que le temps des fêtes est là pour permettre une pause, pour revenir à ses racines et récupérer avant de se lancer tête baissée dans la session d’hiver! Alors, amuse-toi, mange, bois (mais pas trop là) et revient à Sherbrooke un tant soit peu en forme!

Joyeux temps des fêtes!


© lecahier

Partager cette publication