Terminé les gobelets jetables : La tasse est maintenant offerte à l’UdeS !

Par Katrine Joncas

Alors que le café est de mise pour la plupart des étudiants universitaires, la tasse réutilisable est plus utile que jamais pour éviter d’utiliser les gobelets à usage unique. Offerte depuis tout récemment sur les campus de l’Université de Sherbrooke, La tasse pourrait vous sauver du gaspillage lors des matins les plus pressés où vous oublierez la vôtre. Tour d’horizon au sujet de cette initiative écologique et de son apparition à l’UdeS.

Un acompte, une tasse

La tasse est un gobelet réutilisable offert dans plusieurs commerces participants en échange d’un maigre acompte de 5 $. Après avoir dégusté votre café ou votre breuvage, nul besoin de vous casser la tête : rapportez simplement La tasse dans l’un des endroits participants et récupérez votre 5 $. Pour la rapporter, il n’est même pas nécessaire de laver le contenant. De plus, vous n’êtes pas dans l’obligation de la rapporter à l’endroit même où vous l’avez prise : tous les commerces du réseau pourront la récupérer et vous remettre votre dépôt. Seules les tasses brisées ne vous permettront pas de récupérer votre acompte.

Si vous aimez bien La tasse, rien ne vous empêche de la conserver. En effet, comme l’explique Aurore, l’une des coordonnatrices du projet, « il y a deux comportements, environ 50 % des gens s’équipent en tasses réutilisables avec La tasse, et l’autre 50 % des gens rapporte La tasse ». Ainsi, si la forme et la simplicité de La Tasse vous plaisent, vous pourriez vous en servir aussi longtemps que vous le souhaitez pour un simple 5 $. De plus, cela encourage en quelque sorte le mouvement, puisque le logo y est inscrit, pouvant susciter des questionnements auprès de votre entourage, qui pourrait être tenté d’encourager le projet à son tour.

Maintenant offerte à l’UdeS !

Plus besoin de chercher bien loin pour vous procurer votre tasse puisqu’elle est maintenant offerte au dépanneur de la Coop (pavillon multifonctionnel), à la cafétéria centrale (également située au pavillon multifonctionnel) et dans tous les casse-croûte du Campus principal, du Campus de la santé et de l’Institut interdisciplinaire d’innovation technologique (3IT) de l’Université de Sherbrooke, comme il est mentionné sur le site web de l’université. De plus, pour ceux et celles qui ne le sauraient pas déjà, apporter votre propre tasse vous donne un rabais sur le café et les liquides chauds. Maintenant que La tasse est sur le marché, les matins plus pressés où vous oublierez votre tasse ne seront pas dramatiques : vous n’aurez qu’à payer l’acompte et utiliser le gobelet pour ensuite le rapporter et récupérer votre 5 $.

Comme le mentionne l’article publié sur le site web de l’Université de Sherbrooke, « [e] n vue de réduire le nombre de gobelets à usage unique utilisés sur les campus de l’UdeS et de contribuer à réduire l’empreinte écologique de manière commune, adhérer au réseau “La tasse” semblait tout indiqué pour la Coopérative de l’UdeS ». En effet, ce sont beaucoup de gobelets qui sont utilisés par la communauté étudiante. Ainsi, l’article publié dans la section nouvelles du www.usherbrooke.ca indique qu’avec les 800 tasses offertes à l’UdeS, ce sont 96 000 gobelets à usages uniques qui seront économisés, selon une étude réalisée par La tasse.

Un projet parti en force

Mise sur pied en 2017 par quelques propriétaires de cafés dans le quartier Villeray à Montréal, La tasse a rapidement été désirée par plusieurs. Testées au départ dans une douzaine de cafés du quartier, les tasses se sont rapidement fait connaitre : « très rapidement dans la première semaine des tasses, nous avons reçu des appels de partout au Québec », explique Aurore. Cette réponse positive témoignant d’une attirance bien au-delà de Montréal a donc permis au projet de se répandre assez rapidement. Ainsi, les initiateurs ont décidé d’élargir le projet à tout autre secteur qui serait intéressé.

En date du 23 octobre, 281 commerces ou entreprises offraient La Tasse. La coordonnatrice ajoute qu’en moyenne cinq points de vente s’ajoutent chaque semaine. Ainsi, pour un projet lancé il y a un peu plus d’un an, un excellent succès se fait déjà ressentir. Grâce à cette belle réponse de la part du public et la plus grande portée du projet, 90 % des tasses pourront bientôt être conçues au Québec. Alors que ce n’était pas possible avant, comme le volume nécessaire ne permettait pas une production ici, le succès du projet a amené à certaines discussions avec des commerçants du Québec qui pourraient bientôt s’affairer à la production des tasses.

Un but simple et précis

Dès le début du projet, le but n’est pas de faire du profit, évidemment, mais bien d’encourager la consommation écoresponsable et de sensibiliser les gens. Bien que la réponse soit très positive, certains commerces hésitent à prendre part au réseau, par peur de nuire à leur marketing d’objet, soit la vente de leurs propres tasses réutilisables. Par contre, comme l’indique Aurore, La tasse est « destinée à être un objet neutre qui est là pour remplacer l’objet jetable ». Ainsi, l’esthétique assez neutre de La tasse ne tend pas à rivaliser avec les objets mis en vente par les commerces participants. Au contraire, la tasse a pour but d’encourager les consommateurs à utiliser un gobelet réutilisable. En s’y habituant, ceux-ci préféreront éventuellement acheter une tasse à leur goût dans leur café préféré. Selon Aurore, les faits sont là « [La tasse] ne vient pas jouer dans [le] marketing d’objet » des commerçants. La coordonnatrice ajoute que « l’organisme se veut ouvert à n’importe quel citoyen qui a des idées pour verdir le secteur des cafés et de la restauration ». En effet, La tasse se veut être une nouvelle façon de consommer à promouvoir auprès des consommateurs et toutes les idées sont les bienvenues pour améliorer la façon de consommer de tout un chacun.

Toutes les façons de consommer de manière plus écoresponsable sont bonnes ! Pensez à La tasse lorsque votre tasse réutilisable préférée sera sale ou lorsque vous l’oublierez !

Partager cette publication

Laisser une réponse