La tête et le coeur sur la bascule

Par Audrey Bacon-Giffard

C’est le sourire béat et les yeux pétillants que je suis sortie du Centre culturel de l’Université de Sherbrooke le 1er février dernier. L’organisme à but non lucratif Machine de Cirque venait de terminer la représentation de son spectacle homonyme et j’étais incapable de retourner chez moi immédiatement, ou plutôt de retourner dans le monde réel.

Machine de Cirque a été créé en 2013 par Vincent Dubé et est composée des acrobates Raphaël Dubé, Yohann Trépanier, Maxim Laurin, Ugo Dario et du percussionniste Fred Lebrasseur. La direction artistique de leurs spectacles est assurée par Vincent Dubé.

Sur la scène Maurice O’Bready se trouvait une haute structure de métal et de bois, sur laquelle se déployaient plusieurs plateformes mobiles et gadgets hétéroclites. Bien qu’imposante, cette « machine » était pratiquement le seul élément visuel du spectacle, excepté les accessoires des acrobates et un chapeau par-ci par-là. C’est donc dans un décor épuré et utilitaire que les artistes exécutaient leurs différents numéros. Cela permettait aux spectateurs de se concentrer sur ceux-ci et de ne pas se perdre dans des enjolivures inutiles.

Ceci était d’autant plus important que toute la musique était jouée en direct par le percussionniste tout au long du spectacle, ce qui donnait parfois aux spectateurs deux endroits sur lesquels porter son attention. Le musicien était, cependant, totalement intégré à la prestation. Cette incorporation de la musique et des effets sonores en temps réel grâce à un musicien présent sur la scène a été mon coup de cœur, et de loin. C’était vivant et cela ajoutait une chaleur humaine aux structures de métal.

J’ai vu de nombreux spectacles de cirque, des débutants (les petits boutchous de 4 ans) aux finissants de l’École de cirque de Québec, au Cirque du Soleil. Les acrobates de Machine de Cirque ont néanmoins réussi à me surprendre avec certains mouvements que je n’avais pas vus auparavant et une vision originale. Se sont succédé du trapèze, de la bicyclette, de la jonglerie, du monocycle, du clown, de la serviette (autre coup de cœur!) et de la bascule. Chaque numéro était bien teinté de la personnalité des acrobates, qui eux donnaient tout ce qu’ils avaient à chaque exécution. Un spectacle de qualité donné par des artistes de grands talents.

Sans chercher à constamment faire des acrobaties plus complexes les unes que les autres, ils étaient énergiques dans leurs mouvements, avaient un excellent rythme et maintenaient l’équilibre entre des numéros plus physiques et des numéros plus clownesques. Les membres de Machine de Cirque ont réussi à bâtir un spectacle efficace et impressionnant, mais sans prétention. Les quatre garçons, dont la chimie était palpable, avaient incontestablement du plaisir à être sur scène et à faire rêver le public. Une réelle vague de fraîcheur.

C’est un spectacle que je recommande fortement, pour les jeunes et les moins jeunes. Même si ça peut paraître un peu plus dispendieux que d’autres formes de divertissement, cela vaut la peine d’au moins une fois vivre ce changement d’univers, ce débalancement du cœur et de la tête.


Crédit photo © Machine de cirque

Partager cette publication

Laisser une réponse