Crédit: Pixabay

Le réseau social TikTok voit son nombre d’abonnés monter en flèche, particulièrement depuis mars 2020début du confinement. Cette corrélation entre ces deux événements s’explique par la propriété ludique de l’application : caractéristique nécessaire durant la période d’isolement. Mais pourquoi cette attention soudaine envers cette application mobile où le simple partage de courtes vidéos peut devenir une dépendance 

Par Élodie Bourget 

En effet, durant le confinement, tout divertissement était le bienvenu. Chaque temps libre devenait un temps mort qu’il fallait combler. Les réseaux sociaux ont joué un rôle majeur dans l’art de nous divertir et de nous évader le temps d’une publication ou d’une story. Mais scroller Facebook et Instagram toute la journée devenait au bout du compte redondant puisqu’il n’y avait plus rien d’amusant ni de pertinent à regarder. On est alors à la recherche de nouveauté dans un quotidien monotone. 

Du contenu à l’infini 

De cette façon, TikTok se démarque. Par la créativité dont font preuve ses utilisateurs, l’application se taille une place de choix dans les appareils des jeunes, public cible du réseau social, mais aussi des plus âgés qui sont curieux de connaître ce contenu inusité. De courtes vidéos de maximum 60secondes qui mélangent humour, danse, chansons, anecdotes, conseils, opinions, nouvelles et même politique sont sur la page d’accueil, qui semble sans fin.  

En fait, bon nombre de personnes jusque-là méconnues du grand public ont vécu une ascension fulgurante sur la plateforme jusqu’à considérer celle-ci non plus comme un passe-temps, mais comme un véritable métierAlexis, étudiant à l’Université, dit aimer l’application, car cela lui «permet de découvrir de nouveaux talents autant dans l’humour, que dans le chant et la danse, mais aussi de connaître différentes opinions». En étant sans filtre, ajoute-t-il, TikTok favorise le partage et le transfert de contenu.  

Web2.0 : tout le monde peut être créateur de contenu 

Que ce soit en exécutant des chorégraphies comme Enola Bédard ou Aïcha Bastien, en produisant des sketchs humoristiques comme Gabriel St-Jean ou Aly Brassard ou en discutant de thèmes peu abordés dans l’actualité comme Léo-Michelle Trepanier, tout sujet a sa place sur TikTokD’ailleurs, le mouvement Black Lives Matter a grandement profité de ce réseau social pour valoriser son importance et pour éduquer la population de différentes manières à ce sujet. Bref, la créativité est à son comble.  

Et bien que l’esthétisme demeure dans certaines vidéos, il n’est pas le point central comme le valorise davantage Instagram, où le contenu semble tout droit sorti d’un magazine de voyage. En dépit de l’algorithme qui pousse certains utilisateurs à entrer dans les mêmes moules, plusieurs tentent de s’en dissocier. Et cela fonctionne. L’aspect un peu plus authentique de TikTok se dénote par son accessibilité : tout le monde peut faire une vidéo dans son salon en sweat pants et en hoodie  

Bien que l’application de l’heure ait vu accroître son nombre d’abonnés de manière importante, soit une hausse de 65millions d’utilisateurs enregistrés en mars dernier, son expansion ne date pas de cette période-là. C’est en 2016 que l’entreprise chinoise ByteDance lance l’application Douyin, accessible seulement au marché chinois. Puis en 2017, la version pour les marchés hors Chine est disponible sous le nom de TikTok. Et depuis 2018, les experts s’entendent pour dire que cette plateforme est en «pleine expansion» et qu’elle «monte en puissance». Avec désormais quelque 800utilisateurs actifs estimés par mois et deux milliards de téléchargements au printemps2020, TikTok se positionne aux côtés des grands réseaux sociaux tels que InstagramWhatsapp et YouTube par la popularité de son utilisation.   

Tik-Toxique? 

Tik-Toxique, cette application? Même si on lui reproche d’accaparer ses utilisateurs pendant des heures comme le souligne Megane, étudiante à l’UdeS, d’autres enjeux persistent autour de cette plateforme qui sont toujours d’actualité. Menacé d’interdiction dans certains pays en lien avec la sécurité des données de ses utilisateurs parfois âgés de moins de 13ansTikTok est également accusé par le président des États-Unis d’espionnage pour le compte de Pékin.  

Outre les problèmes politiques, TikTok doit faire face comme tout réseau social aux dangers du Web, tels la cyberintimidation et les prédateurs qui encouragent une jeune génération à aller toujours plus loin. Même si elle a aussi téléchargé l’application pour se divertir, Océane, étudiante à l’Université de Montréal en psychologie, juge qu’il y a beaucoup de contenu toxique pour les adolescents, tels que la glorification des troubles alimentaires et le body shaming par les commentaires sur le physique de jeunes filles. 

Enfin, tant les bons que les mauvais coups de TikTok démontrent que cette application est en évolution constante. Quant à sa présence continue dans les médias, cela met en lumière l’univers du lobbying et les tensions qui l’entourent. Mais pour bien des gens, TikTok reste cette plateforme qui diffuse des chansons que l’on entend à la radio dans la playlist d’été et sur lesquels on ne peut s’empêcher de faire la chorégraphie qui l’accompagne 

 

 

Archives

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *