Par Jean-François Eddie

C’est avec désarrois que tout le monde a appris le décès de Kobe Bryant, de sa fille de 13 ans, Gianna, et des sept autres passagers qui se trouvaient à bord de l’hélicoptère qui s’est écrasé la semaine dernière en Californie du Sud. Celui qu’on surnommait «Black Mamba», quintuple champion de la NBA et l’un des plus grands joueurs de basketball de tous les temps, ne sera jamais oublié. Après une carrière historique, remplie de performances mémorables, on ne peut que faire hommage à ses sept moments emblématiques.

Débuts dans la NBA (1996)

Kobe Bean Bryant a été sélectionné au 13e rang du repêchage de 1996 par les Hornets de Charlotte. Âgé de seulement 17 ans, il est devenu le premier arrière (guard) à être sélectionné alors qu’il se trouvait toujours au lycée. Après être tombés dans la mire du directeur général Jerry West, les Lakers de Los Angeles échangent le Yougoslave Vlade Divac pour obtenir le jeune Bryant. Étant donné qu’il était toujours mineur, ses parents ont dû apposer leurs signatures à son contrat jusqu’à ce qu’il soit capable de le signer lui-même à l’âge de 18 ans. C’était le début d’une carrière historique.

Alley-oop avec Shaq (2000)

Probablement la passe la plus emblématique de sa carrière, le alley-oop de Kobe Byrant à Shaquille O’Neal lors du septième match de la finale de conférence, a été visionnée plus de 200000 fois sur YouTube. Avec quatre points d’avance et 55 secondes au cadran contre les Trail Blazers de Portland, Kobe a attiré deux défenseurs vers lui avant de décocher une passe parfaite pour Shaq. Il est difficile de relater en une phrase l’ambiance qui régnait au Staples Center lors de ce jeu emblématique. Le reste fait partie de l’histoire.

Match de 81 points contre les Raptors (2006)

Lorsqu’on fouille dans les annales de la NBA, plusieurs statistiques, performances, et records sautent aux yeux. De fait, un record qui ne sera jamais battu est celui de Wilt Chamberlain, en date du 2 mars 1962, lorsqu’il a marqué 100 points en un seul match. Sans rien enlever à ce géant du sport, la NBA d’aujourd’hui est complètement différente de celle dont faisait partie Chamberlain. De nos jours, certaines équipes ont de la difficulté à avoir en moyenne 100 points par match. Le jeu des deux époques étant fondamentalement différent, Chamberlain a également pu enregistrer des performances historiques de 78 points en 1961, 73 points en 1962, 72 points en 1962… vous voyez où je veux en venir.

Toutefois, et contre toute attente, la deuxième meilleure performance de l’histoire de la NBA est détenue par nul autre que le légendaire Kobe Bryant. Dans une performance digne des années 60, Kobe a marqué 81 points contre les Raptors de Toronto : 28 paniers réussis sur 46 lancers en plus de 18 lancers francs. Pour mettre cette performance en perspective, Smush Parker était le deuxième meneur de l’équipe avec 13 points, et la formation partante de Toronto a marqué un total de 68 points lors du match, contre 55 points pour Bryant en seulement deux quarts… Cette performance ne sera jamais oubliée.

Quatre matchs consécutifs avec 50 points (2007)

Alors que les Lakers étaient dans une mauvaise séquence de sept défaites de suite, Bryant s’est imposé avec quatre performances magistrales de plus de 50 points en une semaine. Il s’agit du seul joueur de l’histoire de la ligue, avec Will Chamberlain, à accomplir un tel spectacle. Du 16 au 23 mars 2007, Bryant a enregistré 65 points contre Portland, 50 contre Minnesota, 60 contre Memphis et 50 contre Charlotte. Cette série de matchs historiques a pris fin lors d’une performance décevante de Kobe, qui a obtenu seulement 43 points face aux Warriors.

Deux lancers francs malgré la douleur (2013)

En fin de match contre les Warriors, Bryant est entré brutalement en contact avec un défenseur et déchiré le tendon d’Achille. Ce genre de blessure, surtout lorsque vous en êtes à votre 17e saison, peut facilement être synonyme de la fin de votre carrière. Même s’il savait que son tendon d’Achille était déchiré, Kobe Bryant a lentement boité jusqu’à la ligne des lancers francs pour y marquer deux points. Cette ténacité, cet entêtement et ce refus d’abandonner ont modelé Bryant tout au long de sa carrière en un athlète phénoménal.

Kobe dépasse Jordan (2014)

Kobe Bryant et Michael Jordan étaient deux individus bien différents. Or, lorsqu’ils mettaient le pied sur un terrain de basketball, les deux athlètes avaient un style de jeu presque identique. Tout au long de sa carrière, Bryant a essayé de battre le record du plus grand nombre de championnats détenus par Jordan (6). Bien qu’il soit passé à seulement un championnat de réaliser cet exploit, Kobe a pu se consoler en détrônant Jordan en tant que quatrième meilleur marqueur de l’histoire de la ligue avec 33643 points. Cette statistique est encore plus mémorable lorsqu’on réalise que LeBron James venait tout juste de dépasser Bryant pour devenir le troisième meilleur marqueur, la veille de son décès.

Départ en champion (2016)

Un moment qui restera à jamais dans ma tête est probablement le match le plus mémorable de Kobe Bryant, son dernier. Tous étaient estomaqués de voir le numéro 24, alors âgé de 37 ans, mener les Lakers pour une dernière fois contre le Jazz d’Utah. Fidèle à ses 19 saisons précédentes, Bryant a émerveillé la foule du Staples Center une dernière fois avec un effort de 60 points, dont 13 sans réponses au cours des deux dernières minutes. Los Angeles triomphait 101-96.

Bryant était apparemment capable de tout sur le terrain. Cependant, on ne se souviendra pas seulement de lui comme l’un des plus grands joueurs de tous les temps, mais également comme un père, un mentor et un entraineur bien-aimé.


Crédit Photo @ Sky Sports

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *