Sur les traces de Louis-Philippe Ladouceur

Par Charles Ferron

Les 10 et 11 février prochains, le spécialiste des longues remises et ancien porte-couleurs du Vert & Or Maxime Latour tentera de suivre le parcours du joueur des Cowboys de Dallas et obtenir un contrat dans la NFL. Sa présence au camp d’évaluation de Phoenix permettra aux représentants des équipes d’observer son travail.

Même si Maxime ne l’a jamais rencontré, le Québécois Louis-Philippe Ladouceur a été une inspiration pour lui tout au long de sa carrière. « C’était quelqu’un que j’ai suivi. Pas toujours régulièrement, mais quand je voyais une game des Cowboys je le regardais parce que c’est un Québécois, raconte Maxime. Il y a toujours un sentiment d’appartenance. » Par contre, il n’avait jamais imaginé avoir la chance de suivre le vétéran de treize saisons dans la grande ligue.

Après avoir fini sa carrière avec le Vert & Or, Maxime a participé au camp Kohl’s à Jacksonville en janvier afin de se faire un nom aux États-Unis. Il savait qu’il avait le talent et le potentiel de jouer professionnel, mais il devait s’en assurer d’abord avec les meilleurs experts au sud de la frontière. Ce camp d’entraînement spécialisé dans les unités spéciales a permis à Maxime de rencontrer des entraineurs comme Casey Casper, qui est l’un des plus respectés à sa position. « J’ai fait l’équivalent de deux semaines de pratique en deux jours avec les coachs, j’ai appris beaucoup », affirme-t-il.

Invité parmi l’élite

Après sa performance à Jacksonville, Maxime a reçu une invitation au camp d’évaluation de Phoenix en février. Lors de cette fin de semaine, il sera filmé à l’aide de plusieurs angles de caméra différents pour bien décortiquer chacune de ses remises. Il devra appliquer à la perfection les techniques apprises au camp Kohl’s.

Considéré comme un incontournable pour tous les joueurs qui aspirent à un poste professionnel, le camp de Phoenix a permis à 80 % des spécialistes des longues remises actuellement dans la NFL de recevoir un contrat. Selon son agent Philippe Maltais, ce camp a toujours été celui auquel les évaluateurs de la NFL portent le plus d’attention. « Si Maxime connait une excellente performance lors de ce camp, il a de très bonnes chances d’être remarqué par un club. »

Une position trop souvent oubliée

Historiquement, les dirigeants de la NFL ont parfois négligé la position de Maxime. Dans le passé, plusieurs équipes utilisaient des ailiers rapprochés ou des centres substituts pour faire le travail d’un spécialiste. D’ailleurs, seulement six joueurs dans l’histoire de la NFL ont été repêchés comme spécialiste à sa position. La grande majorité des spécialistes des longues remises vont donc être mis sous contrat comme joueurs autonomes.

Malheureusement pour certaines équipes, plusieurs ont appris à la dure l’importance de cette position. La position de spécialiste des longues remises n’est pas la position la plus flamboyante, mais, comme l’attaque et la défense, les unités spéciales ont un rôle essentiel qui n’est jamais délaissé par les bonnes équipes. Une seule erreur commise par ce joueur peut complètement changer l’allure d’un match.

Chaque remise est cruciale

Durant une partie, Maxime doit faire environ une dizaine de remises dans différentes circonstances. Il peut remettre le ballon pour des dégagements, des placements ou des transformations d’un point. Toutefois, même si la remise est parfaite, elle doit être aussi assez rapide. Au niveau de la NFL, le ballon doit couvrir la distance en moins de 0.7 seconde pour s’assurer qu’il ne soit pas bloqué. De son côté, Maxime se tient en moyenne à 0.68 seconde par remise.

Cependant, c’est la constance qui importe le plus pour les évaluateurs. On la recherche non seulement dans la remise, mais aussi dans la technique. « C’est des petits trucs, comme par exemple quand est-ce que je lâche mes doigts sur le ballon, à quel endroit je lâche le ballon, à quel moment est-ce que je me penche et bouge mon bassin, comment est-ce que mes pieds reculent ou encore combien de rotations de ballons doivent être faites », explique Maxime.

L’option de la LCF

Si Maxime ne réussit pas à décrocher un contrat dans la NFL après sa performance à Phoenix, il pourrait revenir au pays. « La LCF a toujours été une option intéressante pour moi. J’ai continuellement travaillé en pensant que j’allais jouer dans la Ligue canadienne, c’est juste que là en ayant une opportunité de jouer dans la NFL, je veux essayer d’y aller. »

Puisqu’il est encore admissible, Maxime pourrait être repêché dans la Ligue canadienne de football le 3 mai. Il devrait tout de même pouvoir se trouver du travail sans trop de problèmes si ce n’est pas le cas selon son agent. « On ne peut pas révéler les clubs, mais oui on parle avec quelques équipes de la LCF ».


Crédit Photo @ Yves Longpré

Partager cette publication

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.