Trajectus : une nouvelle application pour créer des sorties terrain géoguidées

Par Rayane Baïtiche Parent

Dans le cadre des Midis numériques de l’UdeS ainsi que du Mois de la pédagogie universitaire, Jérôme Théau, professeur agrégé en géomatique appliquée, Christian Dumont, du service de soutien à la formation (SSF) et Éric Breton, du service de technologie des informations (STI) ont présenté Trajectus, une nouvelle application visant à créer des sorties terrain géoguidées. Les trois conférenciers se sont réunis à l’Agora du Carrefour de l’information à l’Université de Sherbrooke le 19 avril dernier pour annoncer le lancement de l’application.

Définir cette innovante application

Trajectus est un outil pédagogique guidant la communauté étudiante dans ses apprentissages en dehors des classes. En effet, dans certaines disciplines telles que la géomatique ou l’environnement, il est plus que nécessaire de faire des sorties terrain pour compléter sa formation. Cette application permet ainsi aux chargés et chargées de cours de poursuivre leur rôle de guide même à l’extérieur des classes.

Trajectus est composé d’un module disponible sur Moodle et aussi sur les applications mobiles telles qu’Android et Apple. Grâce au format de l’application spécialement développée pour les tablettes et les portables, la communauté étudiante peut facilement utiliser l’application sans nécessairement disposer d’un accès au réseau Internet. Dans l’optique de donner la chance à l’ensemble de la communauté universitaire, l’université a fait l’acquisition d’une quinzaine de tablettes.

Le fonctionnement de Trajectus

Tout d’abord, le professeur crée une sortie terrain sur Moodle. Ces sorties terrain peuvent être composées de diverses étapes et chacune d’entre elles est associée à une coordonnée géographique précise. De surcroît, chaque étape peut comporter des ressources documentaires ainsi que des activités à réaliser sur le terrain comme répondre à un test, noter des observations, colliger des données ainsi que prendre une photo ou une vidéo. « Lorsque les étudiants se rendront sur le terrain, les ressources et les activités s’afficheront dès que leur position GPS s’approchera des coordonnées de l’étape dans un rayon préalablement déterminé. Sur place, ils réaliseront les différentes tâches demandées », explique le professeur Jérôme Théau. Une fois leur sortie terrain complétée, les étudiants téléverseront les données récoltées sur Moodle, où l’enseignant les consultera et les évaluera.

Diverses configurations de sorties

L’application offre la possibilité d’effectuer diverses configurations de sorties, par exemple une sortie visant à se rendre sur un point particulier et à effectuer des activités à cet endroit uniquement. Il est également possible de faire un trajet avec un parcours sans séquences où les étudiant(e)s se dirigent dans n’importe quel ordre sur un territoire. L’application permet aussi d’intégrer une séquence dans les étapes où les étudiant(e)s doivent d’abord compléter l’étape 1 avant de se rendre à la prochaine. Aussi, le corps professoral envisage un scénario inversé, c’est-à-dire un scénario dans lequel l’étudiant crée les sorties. Cela peut notamment former des étudiant(e)s qui voudraient devenir enseignant(e)s.

Poursuite du développement de l’application

Les configurations peuvent être complexifiées par l’intégration d’étapes successives avec séquence modulée, de sorte que, si la personne n’a pas atteint un niveau satisfaisant à une étape x, il est possible de lui faire faire une boucle supplémentaire, aidant ainsi l’étudiant(e) à intégrer la matière. En d’autres termes, il s’agit d’une sortie offrant une progression conditionnelle aux résultats obtenus lors des évaluations autocorrigées. Une autre innovation serait de rajouter des couches cartographiques géoréférencées au-dessus des cartes utilisées de Google Maps. Pour les cours d’histoire, cela impliquerait d’avoir une carte de l’époque superposée à la carte actuelle. Les étudiant(e)s d’histoire pourraient ainsi se promener dans les rues et apprendre comment ces rues étaient construites à l’époque. Finalement, il y aura préalablement une phase pilote de l’application où le corps professoral servira de cobaye. Si la méthode d’enseignement avec l’application Trajectus porte fruit, l’université pourra décider d’implanter ce matériel pédagogique dès la session d’automne 2018.


Crédit Photo @ Rayane Baïtiche

Partager cette publication

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.