La troupe de théâtre Les Mille Feux de l’UdeS

Crédit photo © Les Mille Feux

Par Corinne Prince

L’Université de Sherbrooke héberge sur son Campus principal une troupe de théâtre des plus extravagantes appelée Les Mille Feux. La troupe étant généralement composée d’une trentaine de membres, ces joyeux lurons sont toujours à la recherche de nouveaux comédiens pour intégrer leurs projets. Si vous souhaitez vous impliquer avec eux, aimez leur page Facebook et ils répondront à vos moindres questionnements.

L’année dernière, Les Mille Feux ont réussi à présenter deux brillantes pièces soit Pour faire une histoire courte de l’auteur Frédéric Blanchette ainsi qu’une adaptation du fameux conte Peter Pan. Malgré le succès de ces deux projets, pour l’année 2016-2017, Les Mille Feux vont surpasser leurs accomplissements : ils vont aller encore plus loin que jamais.

Pour l’année 2016-2017, la troupe de théâtre va réaliser trois pièces distinctes, toutes aussi intéressantes les unes que les autres. Il y en a assurément pour tous les goûts.

À l’automne, Les Mille Feux ne manqueront pas de cran en présentant La chanson de Roland dont l’auteur initial est inconnu. Toutefois, un texte moderne a été pondu par Joseph Bédier, mais nos deux metteurs en scène, Aurélien Bordet et Michael Quaglia, tiennent fermement à en faire une adaptation personnelle.

Cette chanson de gestes est une histoire abracadabrante de chevaliers, de batailles à l’épée et de malédictions. C’est tout un défi que se sont imposé ces garçons : le texte original est très long et comporte des phrases que l’on aurait de la difficulté à comprendre de nos jours. Ainsi, ces deux artistes aspirent à rendre le texte plus moderne, sans toutefois perdre le charme de ce récit épique qui vient complètement bouleverser le théâtre contemporain habituel. Les deux comédiens décrivent La chanson de Roland comme « une histoire de chevaliers à l’état pur; le courage et la dévotion sont de mise. C’est un éloge de la spiritualité et de la quête de sens. » Bref, cet automne, sortez vos épées, chevaliers, car ça va barder sur le campus!

Cet hiver, la pièce que Les Mille Feux vont interpréter est Les monologues de vagin d’Eve Ensler. Cette pièce jouée dans plus de trente langues a traversé le globe et représente un pilier du féminisme. Elle donne une voix au vagin de la femme, de plusieurs femmes provenant de différents milieux. Ainsi, cet organe trop souvent craint, oublié ou incompris peut s’exprimer de la façon la plus pure qui soit.

Marylène Royer sera la metteure en scène de cette pièce iconique. Lorsque l’on demande à Marylène de nous décrire cette œuvre, elle explique : « Cette pièce est pour moi un cri du cœur des femmes du monde entier, nous inclusivement. C’est très personnel, mais très collectif à la fois. Cette pièce, c’est là où les expériences des femmes deviendront un flot d’amour, d’indignation, de colère, d’espoir et de convictions qui feront bouger les choses. » Bref, cet hiver, ayez l’esprit ouvert pour assister à cette représentation sortant de l’ordinaire !

Finalement, Les Mille Feux présenteront également une pièce annuelle, un plus gros projet. Cette année, c’est une création mesdames et messieurs! Décidément, nos metteurs en scène sortent le grand jeu afin de vous en mettre plein la vue.

La pièce s’intitule La poésie du chameau et a été rédigée par Catherine Gervais qui va être aidée à la mise en scène par Mélise Roy-Bélanger. C’est une comédie se déroulant dans les années 1700 et mettant en scène Hector, un homme avide de quelque chose de mieux, ce qui le mène à perdre ce qu’il aurait pu avoir de bien. De l’autre côté, il y a Yverline qui s’empêche de vivre comme elle l’entend par peur de perdre l’approbation. « Le destin de ces deux êtres que tout oppose se croise et les jeux du hasard (peut-être) et de l'amour (sûrement?) se rejouent ici dans des quiproquos burlesques où chacun n'est pas vraiment celui qu'il prétend être », explique Catherine.

Sortez vos mouchoirs pour essuyer vos larmes de rire et ne manquez pas cette unique représentation classique!

En espérant vous y voir la binette, trois fois plutôt qu’une!


 

Partager cette publication