Votre demande d’admission vient d’être acceptée et vous devez dénicher un nid douillet où vous poser en sol sherbrookois? Voici quelques conseils pour atterrir à bon port et pour éviter de vous écraser en territoire hostile.

Par Jean-Philippe Ouellette

Avant de commencer à éplucher les petites annonces, il est important de bien cerner vos besoins budgétaires, matériels et de transport. Uni-Logi, site dédié aux appartements universitaires, se doit d’être votre premier arrêt, suivi de près par Kijiji, Lespac et les groupes Facebook, souvent oubliés.

Prenez le temps de sélectionner votre appartement en misant sur le rapport qualité-prix : l’austérité est rarement la meilleure solution à long terme.

L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt

Lors d’une soirée arrosée sur la Wellington, il peut être mal avisé de repartir avec la première conquête venue. Transposez cette sagesse à votre recherche de logement et vous éviterez que votre premier réveil à Sherbrooke soit teinté d’une amère déception.

En 2013, le taux d’inoccupation des logements de Sherbrooke flirtait avec le 5 %. Déduisez-en que vous trouverez l’appartement idéal si vous êtes patient et consciencieux. Bien entendu, cela peut nécessiter plusieurs allers-retours de fin de semaine, mais vous vous féliciterez l’automne venu.

Le diable est dans les détails

Les petits détails peuvent transformer votre appartement en enfer quotidien. Même si c’est dévalorisé dans notre société, vous devrez faire appel à votre esprit critique. Ne soyez pas gêné de vérifier tout méticuleusement : l’état de la robinetterie, l’étanchéité des fenêtres, l’aspect de la peinture et des murs, la condition des armoires, etc.

Le balcon avec vue sur la ville? Si la porte est mal isolée, il sera une intarissable source de frissons. Le renflement mural de votre spacieuse chambre? C’est probablement un tuyau d’écoulement, percussion des enfers qui hantera vos nuits.

Le meilleur truc est de faire appel à un proche s’y connaissant en immeubles. Celui-ci détectera rapidement si vous entendrez l’épanouissement de vos voisins à trois heures du matin.

Choisir son quartier

Votre connaissance de Sherbrooke se résume au Festival des harmonies, alors que vous simuliez jouer de la clarinette pour éviter les cours d’arts plastiques? Voici un résumé des principaux quartiers afin d’aiguiller votre recherche.

Les logements du quartier universitaire sont à quelques minutes du campus et des autobus. Toutefois, certains propriétaires requins tenteront de siphonner votre compte en banque avec des appartements d’une salubrité douteuse.

Plus abordables, les logements du quartier Mont-Bellevue ne sont situés qu’à quelques minutes d’autobus de l’Université. Comme une salade au restaurant, c’est un choix plate, mais sensé.

Le centre-ville de Sherbrooke est parfait si vous souhaitez un milieu plus stimulant. Le Siboire, La Maison du cinéma et le Granada, parmi tant d’autres, seront à quelques minutes de votre porte, tout comme les punks qui se font des feux de poubelle (fait vécu).

Quatre ans et six appartements plus tard, je suis toujours en amour avec Sherbrooke. J’espère que vous y trouverez vous aussi un environnement invitant, attachant et épanouissant.

Partager cette publication