Par Béatrice Palin

Les films d’horreur ne sont que rarement bien reçus par le public général. Quelle n’est pas ma surprise lorsque je vois une note de 6,1 sur IMDB pour une nouveauté d’horreur récemment arrivée en salle, The Empty Man. Véritable accro de films d’épouvante que je suis, je mets mon manteau, mon masque, j’attrape ma colocataire et je file à La Maison du Cinéma.

La légende urbaine

Le concept de la légende urbaine est utilisé en long et en large dans le domaine de l’horreur. La grande majorité des gens connaissent Bloody Mary, le Candy Man, ou Baby blue sous une forme ou une autre. Tout est dans le rituel. Une ambiance sombre, des outils précis et une formule à prononcer en sont les principaux éléments. Je croyais en avoir vu toutes les variations possibles à l’écran, mais le réalisateur David Prior m’a convaincue du contraire.

Il nous présente une nouvelle recette : un pont après le coucher du Soleil, une bouteille, et la pensée du Empty-man. Le film comporte aussi d’autres éléments provenant d’une multitude de mythologies autour du globe. Cela m’effraie souvent, car il n’est pas rare que des producteurs utilisent des éléments mythologiques sans prendre le temps de faire la moindre recherche ou n’utilisent que des éléments universellement connus. L’adepte du surnaturel que je suis est agréablement surprise de l’effort des producteurs de The Empty Man et de leurs décisions créatives.

Le randonneur, le policier et la disparue

Le film débute en grand avec une introduction d’une durée d’une vingtaine de minutes, contrairement au 5-ish minutes habituelles. L’introduction est un court-métrage en soi et je l’apprécie presque autant par lui-même que le film dans son tout. Le lien entre l’intro et le reste du film semble flou au départ, mais il devient clair assez rapidement pour l’observateur aguerri. L’atmosphère est poignante et inquiétante et je suis déjà sur le bout de ma chaise. Outre la thématique de légende urbaine, le film est centré sur un ex-policier : James Lasombra. La fille de son amie disparait soudainement dans des circonstances étranges, mais la police locale l’attribue à une simple fugue. James prend les choses en main et mène son enquête.

D’autres jeunes disparaissent par la suite dans les mêmes circonstances. Nous suivons donc James dans sa quête de la vérité. Sans vouloir entrer dans les divulgâcheurs, l’histoire joue avec nos peurs et notre conception de la réalité. Elle va bien au-delà du simple suspense policier et plonge la tête première dans le fantastique, tout en gardant les pieds sur Terre. Elle nous fait douter de ce qu’on voit, juste assez. Ce sont des montagnes russes dans lesquelles vous ne regretterez pas être embarqué.

Son et image

Même avec un scénario en béton armé, un film n’est rien sans une cinématographie solide et une bonne bande sonore. Ce sont ces éléments qui nous font oublier tout ce qui se passe à l’extérieur et nous entraînent dans l’univers du récit. Ce film possède ces éléments essentiels et bien plus. La bande sonore rappelle celle de Silent Hill par ses rythmes et sa sonorité, ce qui s’avère un énorme compliment. La musique se fond complètement avec ce qui se déroule à l’écran et nous plonge dans un univers sombre, qui nous pousse à regarder régulièrement derrière notre épaule. Christopher Young et Brian Williams, deux grands habitués de la musique d’horreur, composent encore une fois une bande sonore digne de mention.

La cinématographie, quant à elle, n’est pas moins que magnifique. Chaque détail est réfléchi et rien n’est laissé au hasard. Les prises de vue sont époustouflantes et transportent le spectateur aisément tout au long du récit. Les effets spéciaux sont tout aussi réussis. Ils sont pour la grande majorité subtils et bien exécutés. Beaucoup sont laissés à l’imaginaire du spectateur, ce que j’adore. Les effets pratiques sont ce qui marque le plus. La créature de la caverne de l’introduction m’est restée à l’esprit pendant plusieurs jours et est encore accompagnée d’un sentiment d’inconfort et d’inquiétude. Elle hantera mes cauchemars pendant un bon bout de temps.

The Empty Man est certainement un film à voir pour les amateurs de films d’épouvante. Si vous ne l’êtes pas déjà, ce film pourrait vous convertir. Un excellent mélange de suspense psychologique, de fantastique et d’enquêtes policières.


Crédit Photo @ The Empty Man, le film

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *