Par Simon RD 

L’une des choses que le télétravail ainsi que l’école à distance nous auront apprises en temps de pandémie est certainement notre indéniable dépendance à un service internet de qualité. Or, le gouvernement du Canada et celui du Québec ont annoncé un investissement de 826,3millions de dollars afin de déployer L’Opération haute vitesse, qui aura pour but de brancher la presque totalité des foyers québécois d’ici septembre 2022. Qu’en est-il exactement et d’où proviennent les fonds? 

Depuis plus d’un an, la population québécoise est confinée dû à la COVID-19. Or, des mesures sanitaires ont amené les citoyens à devoir composer avec le télétravail et les plus jeunes avec l’école à la maison. C’est dans ces mesures qu’on s’est rendu compte de l’importance de l’accès à internet haute vitesse en 2021.  

En effet, avec l’opération qui sera lancée par les deux gouvernements, c’est environ 150000 foyers qui n’y ont pas accès en ce moment, qui pourront avoir accès à cette technologie d’ici 2022. Toutefois, en date d’aujourd’hui, ce serait 250000 foyers qui n’auraient pas accès à ce service «technologique». 

De grands investissements 

La contribution du palier fédéral totalise 400millions de dollars et provient du Fonds pour la large bande universelle de 1,75 milliard de dollars. Une aide qui avait été annoncée par la capitale du pays à l’automne dernier. Tout cela s’ajouterait à d’autres investissements déployés pour favoriser la connectivité partout au Canada. 

Plus près d’ici, en Estrie, 90,2millions seront investis par le gouvernement de Justin Trudeau et permettront de donner accès au service internet haute vitesse à plusieurs foyers dans la région (12285), comme ceux de Sainte-Edwige par exemple, avec la coordination de l’équipe de Marie-Claude Bibeau, députée fédérale de Compton-Stanstead.  

Après une annonce de la sorte, avec des montants aussi faramineux, force est d’admettre que quelques questionnements et craintes peuvent venir en tête des contribuables. À ce propos, en collaboration avec les fournisseurs internet Vidéotron, Cogeco, Bell, XplornetSogetel et TELUS, les gouvernements seront très vigilants quant à la fraude. 

En effet, des pénalités seront prévues pour ceux qui tenteraient de profiter de l’opération pour s’en mettre un peu plus dans les poches. Selon un article de Radio-Canadales fournisseurs internet fautifs devront débourser 10% de la valeur du contrat, par engagements contractuels.  

Un service essentiel  

Bien qu’on sache que la fracture numérique est une réalité encore aujourd’hui dans beaucoup de pays souvent plus défavorisés, le fait que certaines régions n’aient pas accès à l’internet à haute vitesse dans un pays développé comme le Canada peut surprendre.  

Toutefois, avec les coins ruraux, la construction d’infrastructures à cet effet peut avoir connu un ralentissement. Mais, il reste que la pandémie a amené son lot d’éveil. Le cyberespace devient alors de plus en plus un lieu essentiel pour fonctionner sur le marché du travail et dans les secteurs académiques.  

L’annonce de l’investissement fait aussi des heureux à la Fédération québécoise des municipalités (FQM). Cette fédération, représentant les MRC et les municipalités en région, admet que l’accès à internet haute vitesse est maintenant un service essentiel pour le développement économique d’une région. Dans Le Soleil, on peut lire que Jacques Demers, président de la FQM, est optimiste vis-à-vis cette annonce, mais qu’il reste aussi vigilant et qu’il suivra de près le dossier.  

Pour en revenir à l’économie, il est certain que le déploiement d’infrastructures permettant l’accès à l’internet haute vitesse dans les régions, où ce service brille par son absence depuis longtemps, sera très favorable pour les PME et les commerçants de ces territoires 

L’annonce de l’investissement faisait partie d’une annonce importante faite par la présidente du Conseil du Trésor, Sonia Lebel. Effectivement, cette dernière a fait le dépôt le 23mars, à l’Assemblée nationale, des crédits supplémentaires totalisant 1,9 milliard 

Alors, il est important de dire qu’avec l’annonce faite sur l’Opération haute vitesse, le reste du montant sera investi dans les dépenses de programmes. Des fonds seront donc alloués dans les milieux scolaires, dans les centres de formation professionnelle et d’éducation aux adultes, qui soit dit en passant sont souvent les derniers à voir la couleur de l’argent des enveloppes et qui pourtant ont certainement un besoin indéniable d’investissements 

Les fonds serviront aussi à soutenir les corps policiers autochtones et bien entendu à aider financièrement les organismes du milieu touristique, qui ont beaucoup été incommodés par les répercussions de la pandémie et le manque d’achalandage.  

Un nouveau projet de société  

La nouvelle sur l’investissement dans ces programmes sociaux ainsi que dans l’accès à la haute vitesse semble présager quelque chose de positif pour les Québécois et les Canadiens, mais encore faut-il être sûr de ce projet social, car dans cette perspective, les citoyens ont le droit de savoir en quoi consiste «l’accès à internet à haute vitesse».  

D’après le site gouvernemental du Canada, on vise l’abordabilité et une accessibilité beaucoup plus grande. Aussi, on propose d’autres bienfaits pour les services offerts aux membres de notre société liés à l’accès à internet haute vitesse comme pour les hôpitaux et les écoles. 

Voilà un nouveau projet de société plutôt enivrant. Un vent frais s’en vient, le Québec et le Canada se mettent enfin au goût du jour. Il y a des décennies de cela, on branchait la population avec une ligne téléphonique. On offrait par la suite l’accès à des chaînes gouvernementales qui avaient pour bu l’éducation de la population. Puis, plus près, la nationalisation de l’électricité. 

Aujourd’hui, dans le nouveau 21esiècle, si le projet voit le jour concrètement, une nouvelle étape dans l’accessibilité au monde, à l’émancipation, à l’éducation et aux technologies des communications acceptables dans une société moderne sera disponible pour tous.  

L’Opération haute vitesse est-elle une invitation vers la nouvelle société moderne? À suivre!


Crédit image @ Simon RD

Partager cette publication