Un spectacle qui porte bien son nom

Par Katrine Joncas

Suite à de nombreuses apparitions à la télévision, la jeune humoriste Katherine Levac a lancé son tout premier spectacle solo en février dernier. Après quelques spectacles à travers le Québec, c’est au Centre culturel de l’Université de Sherbrooke que l’artiste s’est arrêtée le vendredi 20 avril dernier afin de livrer son spectacle au public sherbrookois.

Sous le thème de la vie

Une si petite personne, seule, sur une si grande scène! Voilà la première pensée ressentie lors de l’entrée sur scène de la jeune femme. C’est un tout autre échantillon de femme en humour qui est alors présenté. À la petite voix et la posture délicate, la jeune femme ne nécessite qu’un petit espace, mais elle arrive à rejoindre l’entièreté de l’auditoire grâce à la confiance indéniable qu’elle dégage dès les premières minutes. C’est sous le thème classique et général de l’évolution de sa courte vie que nous amène Katherine. De son enfance à sa vie actuelle, elle raconte son histoire en expliquant sa provenance ainsi que ses racines, tout en laissant au passage plusieurs blagues qui font rire et sourire le public. Exposant sa personnalité d’enfant et la réalité dans laquelle elle a grandi, elle amène le public dans un univers douillet où chacun peut s’approprier et elle récite des anecdotes auxquelles tout le monde peut se rapporter. Un sujet parfait pour faire sa place.

Sans trop de « fla-fla »

Bien que ce soit un bon divertissement, ceux et celles qui s’attendent à un spectacle intense et flamboyant verront leurs attentes s’effondrer. En fait, comme elle l’a mentionné en entrevue avant la sortie de son spectacle, la jeune femme n’avait pour but que de dire ce qu’elle voulait, sans trop s’imposer de critères pour impressionner la galerie en abordant des sujets jugés nécessaires, comme le féminisme ou la place de la femme en humour au Québec. L’humour s’avère d’ailleurs très bien établi dans le domaine des arts de la scène au Québec. Les femmes sont assez bien ancrées dans cette industrie. Si on pense à Lise Dion ou à Mariana Mazza, il peut sembler difficile de faire sa place dans un milieu comme celui-ci, mais l’humoriste de 28 ans s’en tient à vouloir faire son chemin tranquillement. C’est d’ailleurs ce à quoi est confronté le public lors de son spectacle : aucun « fla-fla ». La représentation se résume à une 1 h 30 de stand up ayant comme seule pause, un passage de chant humoristique. Quelques longueurs se font sentir vers la fin de la représentation alors que l’absence d’entracte pour aller se dégourdir se fait sentir, mais somme toute, l’attention du public est maintenue jusqu’à la toute fin.

Il va sans dire que le titre du spectacle, Velours, prend tout son sens! Pour obtenir plus d’informations sur les représentations du spectacle, rendez-vous au http://katherinelevac.com.


Crédit Photo @ katherinelevac.com

Partager cette publication

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.