Un très beau problème

Par Morgane O'Gallagher

Le lundi 26 septembre dernier avait lieu le lancement de People with problems, le premier album de l’auteure-compositrice-interprète Virginie B, sur la terrasse de La Petite Boîte Noire. La jeune étudiante sherbrookoise et son groupe de musiciens ont interprété des chansons tirées de l’album.

La scène aménagée à l’extérieur était bien remplie. Virginie était accompagnée de Jocelyn Blanchette aux percussions, de Jo-Any Martel à la voix et aux percussions, de Michelle Gauthier à la contrebasse et de Julien Thibault au violoncelle. La voix puissante, l’énergie et la fougue de la chanteuse ont vite fait danser les spectateurs présents. L’ambiance intime et feutrée de la terrasse se prêtait bien au ton des chansons. Les applaudissements de plus d’une cinquantaine de spectateurs ont retenti et rappelé les musiciens sur scène pour une dernière chanson.

Qu’elle nous chuchote de « ne pas manger une porte en pleine face » dans Les Éraflures, ou qu’elle s’accompagne au ukulélé dans Blind Alley, Virginie B demeure fidèle à un style qui lui est propre. Elle avoue elle-même ne pas savoir comment définir son style! Par moment orchestral et d’autres fois très épuré, l’album éclectique saura assurément se trouver une place dans vos listes de lecture automnales. Vous pouvez vous procurer l’album sur iTunes, Bandcamp, Spotify et Google Music.

Virginie, tu étudies en psychologie à l’Université Bishop’s et tu poursuis une carrière musicale. Comment concilies-tu les études et ta carrière?

« Je me split en deux, j’utilise mes deux hémisphères, la pédale dans le tapis. Je mets autant d’énergie dans les deux, c’est le temps qui me manque parfois! »

Qu’est-ce que ça veut dire pour toi, People with problems?

« C’est la réalisation que nous avons tous, à notre façon, à tout moment de notre vie, des petits ou des gros problèmes. Ces problèmes-là sont parfois même plus grands que nous. Mes textes parlent de problèmes et ma musique m’aide à passer au travers. »

Que voudrais-tu dire aux personnes qui achètent ton album?

« Je voudrais tous vous serrer dans mes bras! Vous êtes complètement fous d’acheter encore des disques, mais vous êtes aussi la raison pour laquelle les artistes musicaux survivent. Ce que vous avez entre les mains, c’est une version matérielle de leur création. C’est pour moi un des plus beaux gestes pour faire vivre l’art. Quand on achète un album, on transporte une part de cet artiste chez soi, c’est comme une déclaration d’amour à distance. »

Quels sont tes projets pour la prochaine année?

« On compte faire plusieurs spectacles en dehors de l’Estrie. On veut se faire entendre à Québec et Montréal. La réalisation de deux vidéoclips aussi s’en vient, c’est comme mon bonbon! On se prépare pour les festivals l’été prochain, ce sera très rempli! »


Crédit photo © Virginie B Musique

Partager cette publication