Un trio élite de raquettes

Par Charles Ferron

Trois joueuses de l’équipe féminine de badminton se sont particulièrement démarquées lors de la saison régulière. Les performances d’Alex Leclerc, de Myriam Proulx-Gamache et de Caroline Verly ont permis au Vert & Or de terminer en deuxième place du classement par équipe.

En général, l’équipe féminine a connu de bons résultats tout au long de l’année 2018. Finissant avec dix victoires et six défaites en quatre tournois, la troupe d’Anthony Bouthillier-Hénault a eu les capacités de battre toutes les équipes du RSEQ sauf le Rouge & Or, qui a été invaincu cette saison. « Je ne vous le cacherai pas : le Rouge & Or donne de la difficulté à toutes les équipes universitaires côté badminton. Laval a les meilleures joueuses du circuit. Plusieurs de leurs joueuses vont régulièrement au championnat canadien. Il nous manque de la technique et de la profondeur », explique Alex Leclerc.

Les championnats provinciaux

Au terme de la saison, les joueuses étaient en confiance. Elles voulaient aller chercher une médaille d’argent lors du championnat provincial par équipe féminine le 17 février dernier. La malchance a toutefois frappé le Vert & Or quelques jours avant la compétition. Des blessures et des malades ont causé un défi supplémentaire à l’équipe qui a malheureusement perdu en demi-finale 3-1 contre l’UQAM.

Deux semaines après ce résultat en dessous de leurs attentes, les filles sont revenues en action à Sherbrooke lors des deux derniers championnats provinciaux de l’année. À l’occasion du championnat individuel, Alex Leclerc a été éliminée en quart de finale en simple alors que Myriam Proulx-Gamache a terminé son parcours universitaire avec une élimination en première ronde. Selon Myriam, c’est sa gestion d’énergie qui a fait défaut durant son affrontement. « Le match s’est joué sur quelques points. J’avais des pics où je faisais des séries de points que je perdais immédiatement après. »

Cependant, Myriam s’est bien reprise en remportant la médaille de bronze en double avec Caroline Verly. Cette dernière a également connu un beau parcours en double mixte en terminant en quart de finale avec son partenaire William Rodier. Concernant l’autre championnat provincial disputé à Sherbrooke, le Vert & Or a été éliminé en quart de finale 3-2 contre McGill dans le tournoi par équipe mixte.

Similaire à la Coupe Davis

Le badminton au niveau universitaire est très semblable aux tournois par équipe au tennis. Chaque affrontement est un trois de cinq comportant trois matchs de simple et deux de double. « Les compétitions de badminton par équipe sont très stratégiques, explique Alex Leclerc. En individuel, on va jouer une seule catégorie. On choisit le simple, le mixte ou le double alors que les compétitions par équipe, c’est notre entraîneur qui va décider les affrontements. On va s’adapter aux forces de l’autre université. On va généralement le savoir juste avant le match. »

Alex Leclerc apprécie beaucoup ce genre d’ambiance d’équipe. « Pour ma part, ayant fait plusieurs sports seulement féminins, j'adore le badminton parce que c’est mixte. Comme on a des gars et des filles ensemble, le badminton est un des sports les plus complets à mon avis. »

Une médaille de bronze pour terminer sa carrière

Malgré sa sortie hâtive en simple, Myriam Proulx-Gamache était très satisfaite de son tournoi en double avec Caroline Verly. « J’ai trouvé qu’on a fait une belle performance. Quand on avait vu le tableau, on savait qu’on pouvait aller chercher nos deux premiers matchs et se rendre pour la médaille de bronze. Pour l’or et l'argent, ça allait être plus difficile, mais on a réussi nos objectifs selon moi. »

Étant la vétérane de l’équipe, Myriam avait un défi supplémentaire cette année. Elle devait affronter à chaque tournoi les meilleures joueuses de l’autre formation. « Dans l’alignement, je suis la première en simple et j’ai joué toute l’année ce rôle-là. C’est vraiment un défi parce que les filles qui sont classées simple 1 vont toujours être les meilleures joueuses de la province. Même si l'on ne s’attend pas à gagner ce match, j’essaie de donner mon 100 % pour motiver le reste de l’équipe. »

La reine du double

La coéquipière de Myriam, Caroline Verly, est la spécialiste du double de l’équipe féminine de Sherbrooke. Elle a été utilisée au cours de l’année avec six partenaires différents. « Le double c’est vraiment comme un couple, raconte-t-elle. La communication, d’abord et avant tout. Quand on joue sur un terrain, tu dois parler constamment. Tu dois trouver des stratégies avec ton coéquipier pour bien performer. »

Se décrivant elle-même comme une fille très intense sur un terrain, Caroline est allée chercher des victoires cruciales en double, et ce, peu importe sa coéquipière. Elle doit néanmoins modifier son jeu lorsqu’elle passe du double féminin au mixte. « Le double mixte est un jeu beaucoup plus rapide que le double féminin. Chez les filles, c’est un peu plus de dégagés et les échanges sont plus longs alors qu’avec les gars, c’est plus des smashs. C’est un jeu mental parce que je sais que la fille va se faire plus viser. »

Le couteau suisse de l’équipe

Avec des hauts et des bas tout au long de l’année, on peut tout de même donner un bilan positif à l’équipe féminine du Vert & Or selon l’entraîneur Anthony Bouthillier-Hénault. Par contre, même si l'on s’attarde souvent aux gros noms de la formation, Anthony voulait absolument mentionner une quatrième personne essentielle au succès de l'équipe. « Chez les filles, il ne faut pas oublier Camille Martin qui a été une joueuse assez polyvalente, note-t-il. On peut l’utiliser autant en simple qu’en double. Elle a gagné des matchs importants et fait preuve de leadership tout au long de la saison. Elle a vraiment fait un bon impact sur les résultats de l’équipe cette année. »


Crédit Photo @ Vert & Or

Partager cette publication