Une année 2015 sans parades ni fanfares

Il est parfois bien dur de faire une revue de l’année. En 2015, aucune compétition des Jeux

olympiques n’a eu lieu, aucune coupe Stanley pour le Canadiens et dans une autre

perspective, on réalise que malgré le fait que l’année passe bien vite, nos souvenirs des

événements marquants semblent disparaître au rythme des mois qui passent. Je vais tout de

même tenter d’en faire une très sommaire qui représente en partie ce qui m’a le plus marqué

cette année.

Par Sébastien Binet

 

Tout d’abord, on ne peut passer outre le fait que le Canadiens de Montréal a connu une autre

belle saison qui s’est prolongée encore cette année jusqu’au mois de mai. Après avoir terminé la

campagne 2014-2015 avec la deuxième meilleure fiche de la ligue nationale, l’équipe n’a pas pu

se rendre jusqu’aux grands honneurs auxquels elle n’a pas goûté depuis 1993. Une élimination

crève-cœur par le Lightning a mis fin aux espoirs des partisans de la Sainte-Flanelle. Avec le

noyau préservé en très grande partie cet été, on pouvait s’attendre à une autre saison

productive du bleu-blanc-rouge. Le début de saison n’a pas déçu, mais maintenant que la saison

approche de son point médian, le rythme a changé. On peut se douter que nos glorieux n’auront

pas le choix de retrouver leur air d’allée du début de la saison s’ils veulent espérer participer à la

danse printanière.

Édito-Carri.Vivy (1)

Toronto à l’honneur

Cet été, il était intéressant de voir où en était la préparation des athlètes qui se retrouveront

sous les feux de la rampe lors de l’olympiade d’été de Rio de Janeiro. Les Jeux panaméricains ont

lieu tous les quatre ans et permettent aux athlètes nord-américains de se mesurer entre eux,

mais aussi d’évaluer leur préparation en vue de la grande compétition. Le Canada avait la

chance d’accueillir l’édition 2015 à Toronto et ainsi se montrer qu’il était capable d’accueillir de

possibles Jeux olympiques pour l’édition de 2024. Les experts sont encore bien incertains, mais il

reste que les athlètes ont fait fi des questions économiques pour démontrer qu’il y avait du

talent cette année pour les représentants de la feuille d’érable. Parmi les athlètes s’étant le plus

illustrés, il faut mentionner Andre De Grasse qui a remporté deux médailles d’or au 100 et 200

m ainsi qu’Ellie Black qui a quant à elle raflé cinq médailles en cinq épreuves de gymnastique.

Toujours à Toronto, cette fois-ci au baseball, il est bien difficile pour moi de ne pas parler des

Blue Jays qui ont réussi à terminer au sommet de leur section et à participer aux séries

éliminatoires, et ce, pour la première fois depuis 1993. Ils ont soulevé la planète baseball et ils

ont offert toute une performance à leurs partisans. Malheureusement, ils se sont inclinés en

finale d’association contre les futurs gagnants de la série mondiale, les Royals de Kansas City. Ce

fut tout de même une aventure des plus divertissantes pour les grands connaisseurs et même

pour les moins amateurs. Les bleus auront définitivement aidé à augmenter la popularité du

baseball en sol québécois comme le rapportaient les cotes d’écoute des matchs en séries

d’après-saison.

Édito-Carri.Vyvi (1)

 

Des sportifs qui nous rendent fiers

Pour terminer cette très sommaire revue de l’année 2015, il était impossible de ne pas parler de

ceux qui nous représentent, c’est-à-dire le Vert & Or. En cette année 2015, l’Université de

Sherbrooke a pu accueillir deux nouvelles équipes sportives : celle du basketball ainsi que celle

du ultimate frisbee. Elles en sont encore à leurs premiers pas dans le réseau québécois, mais le

futur semble prometteur pour ces deux nouvelles équipes. Lorsqu’on porte notre regard sur

l’ensemble des sportifs sherbrookois, on peut voir qu’ils continuent de bien performer sur la

scène québécoise, mais aussi canadienne. Parmi ceux-ci, il faut mentionner Jérémi Roch qui est

devenu le quart arrière universitaire canadien le plus prolifique au niveau des verges par la

passe, des passes complétées et tentées. Il y a aussi eu des athlètes comme Laurence Beaudet,

Marie-Ève Jacques et Audrey Lagarde qui ont dominé respectivement en athlétisme pour la

première et en soccer pour les deux autres pendant cette année 2015. De la natation à

l’athlétisme en passant par le football, les athlètes Vert & Or continuent de prouver qu’il est

possible de s’illustrer sans jouer pour les équipes universitaires ayant les plus gros budgets ou la

meilleure réputation. C’est ce qui, au final, contribue année après année à renforcer le

sentiment d’appartenance qu’on finit toujours par développer envers cette université éloignée

qu’est celle de Sherbrooke. Que 2016 nous réserve encore plus de belles surprises!


Crédit photo © Vicky Tous les jours de ma vie

Partager cette publication