Par Megan Morin-Gendron 

Le Québec peut maintenant dire qu’il ajoute une compétition de rap francophone à son arc des émissions musicalesLa fin des faibles sera une toute première au Québec, diffusée sur Télé-Québec à heure de grande écoute. Un accomplissement incroyable pour cette branche musicale qui se fait entendre de mieux en mieux, et dont l’histoire est riche en émotion et en culture. 

De passage à l’émission Tout lmonde eparle le 14février dernier, l’animateur de cette nouvelle compétition, Pierre-Yves Lord, était ravi de pouvoir présenter La fin des faibles. Cest une occasion en or de donner la place méritéà ces poètes, aux gens de leur époque. «Pour moi, cest une victoire que cette émission se retrouve à heure de grande écoute à Télé-Québec», mentionnait Pierre-Yves Lord. 

Comme plusieurs le disent, le rap, c’est une vraie poésie de la rue. Ce sont des sentiments, des expériences, des victoires comme des échecs qui sont partagés et véhiculés dans chaque parole. Le rap ouvre grand ses bras, car il sadresse à tout le monde. Il est facile d’adapter le rap à ses goûts, ses origines, ses croyances… le rap n’a pas de limites et il est personnalisable.  

Dans la culture du rap, vous verrez des personnages tout aussi uniques les uns que les autres; plusieurs rappeurs se trouvent un personnage grâce auquel ils prennent confiance en eux, et en font leur identité. 

Une compétition électrisante 

«La fin des faibles est une adaptation télévisuelle d’une des compétitions les plus réputées et respectées dans le milieu du rap : le MC Challenge End Of the Weak®. Depuis plus de 20ans, celle-ci est présentée dans une douzaine de pays partout dans le monde», peut-on lire sur le site de Télé-Québec. 

Les 16participants, déjà dévoilés sur le site de Télé-Québec, devront s’affronter dans les cinq épreuves suivantes : le texte, l’a cappella, l’improvisation, le DJ et le cercle (improvisation à tour de rôle). La définition de chaque épreuve est disponible sur le site de Télé-Québec.  

Cette émission aura l’honneur de compter des juges qui ont su faire leur place dans le monde du rap, soir SarahméeKoriass et Souldia. Ils devront évaluer les performances de chaque participant selon cinq critères prédéterminés : la qualité des textes, la créativité, la présence scénique, le débit ainsi que l’interaction avec l’environnement. 

Ce qui est fantastique, c’est que La fin des faibles est une compétition ouverte à tous, autant pour la relève que pour les renoms. Ce sera une expérience des plus enrichissante qui permettra doffrir une vitrine exceptionnelle à ces artistes. D’ailleurs, personne ne rentrera perdant. Malgré tout, il y aura un couronnement d’un ou d’une MC (Master of ceremonie), qui se verra offrir une bourse pour la production d’un vidéoclip et un voyage pour participer au volet international de End Of The Weak. Cet événement est unique et donne l’occasion d’accueillir les gagnants de chaque endroit pour faire triompher le meilleur ou la meilleure MC au monde. 

Des ouvrages pour discuter de rap 

Malheureusement, la culture rap est très méconnue, encore aujourd’hui, et sous-estimée. Ce qui est étrange, car au Québec, le rap vend énormément, que ce soit par lachat de disquesque par les téléchargements et les vues sur les diverses plateformes numériques. Cette scène musicale diversifiéà la palette large est restée trop longtemps dans lombre de cette machine de l’industrie musicale. 

Deux livres publiés récemment ouvrent apportent un nouveau regard sur le hip-hop : Les racines du hip-hop au Québec  Tome 1 de Félix B. Desfossés et Vrai parler  Conversation avec le rap québécois de Jason Savard. Ces ouvrages sont le résultat de recherches et d’entrevues menées par les deux hommes, qui mettent de l’avant les artistes du hip-hop d’aujourd’hui et d’hier. «Lidéétait vraiment de donner la parole à ceux qui lont vécu, ceux qui lont fait, parce que cest leur récit que je veux raconter», explique Félix B. Desfossés, en entrevue avec le journal Métro. 

Il est aussi question de la place des femmes dans ce type musical, où les rôles sont parfois déjà définis et pas représentatifs des artistes féminins en raison de biais tels que l’hypersexualisation de la femme. Malgré tout, comme le mentionne Pierre-Yves Lord, le rap change et se féminise. 

Dès le 1ermars sur Télé-Québec, vous pourrez écouter La fin des faibles, mais en attendant que cette compétition commence, ouvrez-vous à la culture du hip-hop québécois et découvrez son histoire par l’intermédiaire des livres de Félix B. Desfossés et Jason Savard.


Source photo @ Télé-Québec
Partager cette publication