Une délégation de l’UdeS à la 25e Conférence des Parties

Par Fanny Gendron

Depuis le 2 décembre et jusqu’au 13 décembre prochain, une délégation composée de sept étudiantes et d’un étudiant de l’Université de Sherbrooke assiste à la 25e conférence des parties (CdP-25), qui se déroule à Madrid, dans le but d’observer et d’analyser les négociations entre les pays signataires de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. C’est la huitième année qu'une délégation de l'UdeS y participe.

Portrait de la délégation

Le groupe étudiant est accompagné de deux chargés de cours, car leur participation à la CdP-25 s’inscrit dans le cadre de trois cours de deuxième cycle crédités. Les parcours scolaires des membres de la délégation se ressemblent et gravitent autour du droit international, de la politique et de l’environnement. Cette opportunité est offerte par l’École de politique appliquée aux étudiantes et aux étudiants du deuxième cycle. Les critères de sélection misaient surtout sur l’intérêt pour la politique internationale et l’environnement. Les étudiantes et l’étudiant choisis s'étaient déjà impliqués en politique et en environnement, principalement, avant cette année. Julie-Christine Denoncourt témoigne de cet engagement de la part des membres de la délégation : « Je pense qu’on a tous et toutes une fibre militante ».

La délégation s’est séparé quatre sujets de recherche portant sur la crise climatique, soit l’équité intergénérationnelle, la transition juste pour le Québec et le Canada, l’adaptation aux changements climatiques dans une perspective Nord-Sud ainsi que les migrations climatiques.

Changement de cap : du Chili à Madrid

La Conférence des Parties devait avoir lieu au Chili cette année mais, suite aux soulèvements populaires et à la crise sociale qui sévissent au pays depuis la mi-octobre, l’Espagne a accepté de recevoir l’événement à Madrid. La délégation s’est dite déçue, mais avant tout solidaire de ce qui se passe au Chili : « Nous nous sentons privilégiés, dans le sens où nous n’avons eu qu’à changer nos billets d'avion et notre hébergement tandis que le peuple chilien continue de se battre dans la rue pour de meilleures conditions de vie », a confié Julie-Christine Denoncourt au Collectif.

Une conférence jeunesse, la Conference Of Youth, devait aussi avoir lieu avant le grand événement et la délégation était supposée y participer. En raison de questions de logistique liées à la décision de tenir la CdP-25 en Espagne, la délégation a décidé de ne pas y participer en groupe. Toutefois, une représentante de la délégation, Léa Ilardo, qui est aussi instigatrice et coporte-parole de La planète s’invite à l’université ainsi que jeune leader en lutte environnementale avec ENvironnement JEUnesse, a pu y assister au début du mois.

Changements climatiques et gouvernance : que pense la délégation de la situation actuelle?

Le message que porte la délégation est clair : les gouvernements n’en font pas assez et l’inaction est généralisée, tant au niveau national qu’international. Même si le peuple se fait de plus en plus entendre en prenant la rue, plusieurs gouvernements refusent de prendre des mesures qui sont nécessaires tandis que d’autres promettent des changements mais ne font rien. La délégation a espoir qu’avec des mobilisations internationales comme la CdP-25, où des membres de la société civile sont présents, les dirigeants et les dirigeantes prennent conscience de l’ampleur de la crise environnementale.


Crédit Photo @ David Tovar

Partager cette publication

Laisser une réponse