Une équipe bourrée de caractère

Par Charles Ferron

Malgré leur défaite de 40-0 en séries contre Laval, le Vert et Or a été en mesure de rebondir lors de leur deuxième moitié de saison 2018. L’équipe sherbrookoise a récolté deux victoires contre les Redmens et les Stingers en fin de calendrier pour participer aux éliminatoires.

Rien n’allait plus pour le Vert et Or après cinq parties. Sherbrooke venait tout juste de subir une défaite de 43-2 contre Montréal et possédait une fiche de 0-5. La formation de Mathieu Lecompte se devait alors de remporter les deux matchs contre McGill et Concordia pour espérer faire les séries.

Malheureusement pour le Vert et Or, l’instabilité au poste de quart-arrière continuait de se faire sentir. Le partant de début d’année Xavier Owens s’était blessé pour une deuxième fois en 2018, forçant l’équipe d’entraîneurs à se tourner encore une fois vers le quart-arrière mobile, Conor Sinclair, et la recrue, Joé Hudon, pour mener leur offensive. D’ailleurs, le pouce de sa main droite allait empêcher Owens de jouer pour le reste de la campagne.

Une première victoire à l’arraché

Face à McGill, c’est finalement Sinclair qui a obtenu le départ. Cette décision a porté fruit en début de partie. Mené par le touché au sol de Gabriel Polan et de deux placements de Louis Tartif, Sherbrooke possédait une avance de 13-0 au quatrième quart. Toutefois, une interception retournée pour un majeur d’Alexandre Paré ainsi qu’un échappé de Yanni Khennache ont ramené les Redmens dans le match.

Avec seulement 97 secondes restantes au cadran, McGill créait l’égalité 13-13 grâce à un placement. La partie semblait se diriger en prolongation. Cependant, le porteur de ballon de Sherbrooke, William Tremblay-Harnois, en a décidé autrement en retournant un botté d’envoi pour 49 verges et en donnant à Sherbrooke une chance d’aller chercher la victoire. Remplaçant Sinclair sur la dernière séquence en raison d’une blessure, Joé Hudon a lancé sa seule passe du match à Unda Obo’o pour 24 verges, positionnant ainsi le botteur Louis Tardif pour le rouge victorieux. Avec ce gain de 14-13, Sherbrooke restait en vie.

Le quatrième quart-arrière à la rescousse

Malgré le positif venant de cette première victoire, l’attaque a connu encore des problèmes deux semaines plus tard à Laval. Après une défaite de 53-0 où l’équipe n’avait récolté que 4 verges offensives nettes, il était clair que le Vert et Or avait besoin d’une étincelle, car il faut rappeler que, pour participer aux éliminatoires, Sherbrooke devait absolument battre Concordia d’au moins 6 points. Quelques minutes avant ce match final, Mathieu Lecompte a surpris tout le monde. L’entraîneur-chef a décidé de commencer la partie avec le quart-arrière recrue, Samuel Goulet-Bolduc, qui avait rejoint l’équipe de pratique à la mi-saison.

Prise au dépourvu, la défensive de Concordia a été exploitée par l’offensive sherbrookoise pendant tout le match. Goulet-Bolduc finit la rencontre avec 185 verges par la passe et deux touchés à Unda Obo’o et à Jérémie-Billal Lardi. Malgré la bonne performance de la recrue, Sherbrooke perdait toujours par 14 au quatrième quart en raison, notamment, d’un échappé retourné pour un touché par Concordia. Les séries semblaient hors de portée. Par contre, l’offensive du Vert et Or menée par la meilleure performance en carrière de Gabriel Polan, avec 217 verges au sol et deux majeurs, est revenue dans la rencontre. La même offensive qui n’avait qu’une seule fois obtenu un score de 20 dans un match cette saison a marqué 21 points sans réplique en un quart pour prendre une avance de 28-21 et propulser Sherbrooke en séries.

Le conte de fées prend fin

Même si cette participation aux éliminatoires fut de courte durée, la jeune formation sherbrookoise pourra garder la tête haute. Malgré la défaite contre Laval, ce match avait tout de même une signification particulière pour plusieurs vétérans. Le secondeur Charles Brousseau, le centre-arrière Jérémie-Billal Lardi et les joueurs de ligne offensive Guillaume Pelletier et Dominic Frappier ont tous disputé leur dernier match avec Sherbrooke. À noter également que le joueur de ligne offensive, Pier-Olivier Grad, et les deux joueurs de lignes défensives, Rémy Deschamps et Guillaume Paradis, ont aussi été honorés pour souligner la fin de leur carrière avec le Vert et Or.


Crédit Photo @ Yves Longpré

Partager cette publication

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.