Une finale surévaluée

Par Christophe Lachance-Tardif

Ce qui s’annonçait être une finale excitante s’est avéré très décevant en termes de spectacle et de rebondissements cette année pour les amateurs de basketball. Avec un déficit de trois matchs contre les Warriors de Golden State au moment d’écrire ces lignes, les Cavaliers de Cleveland devront espérer un miracle de la part des leurs protégés et du King, Lebron James, pour espérer revenir dans cette série finale.

Un peu d’histoire

Depuis la mise sous contrat de Kevin Durant avec les Warriors de Golden State le 7 juillet dernier, l’univers de la NBA laissait présager un troisième rematch en autant de saisons entre les Warriors et les Cavaliers. La formation de Cleveland avait, un mois auparavant, réécrit le livre des records en devenant seulement la dixième équipe de l’histoire à surmonter un déficit de trois matchs contre un pour vaincre les Warriors de façon dramatique lors du septième match de la finale.

Écrit dans le ciel

Avec la venue de Kevin Durant (universellement reconnu comme le deuxième meilleur joueur du circuit Silver après Lebron James), les étoiles étaient alignées dans le ciel afin de prévoir un autre duel Cavs vs Warriors. Les experts étaient tellement convaincus de ce scénario que certains avaient déjà réservé leurs chambres d’hôtel à Cleveland et à Oakland (Golden State) pour le mois de juin; du jamais vu!

Il est extrêmement difficile de prédire quelles équipes s’affronteront en finale dans le sport professionnel. Par contre, la NBA est différente à ce sujet. C’est une ligue qui vit et qui meurt avec ses superstars, dont la disparité de talent entre les équipes est énorme et les formations qui demeurent dans de petits marchés ont de la difficulté à attirer des athlètes d’une envergure semblable chez elles. Avec cette prédiction quasi probable, la saison régulière n’avait presque pas d’importance, car tout le monde impliqué de près ou de loin dans l'industrie savait que les Cavs et les Warriors seraient les deux seules équipes toujours en vie lors du mois de juin.

Il n’y a rien d’impossible avec Lebron

Après trois matchs relativement calmes d’un point de vue spectacle, les Cavaliers ont du pain sur la planche s’ils veulent réintégrer cette série. Comme le King nous le démontre si bien depuis qu’il a mis les pieds dans le circuit à l’âge de 17 ans, James est le meilleur joueur de la génération sur la scène sportive et il l’a démontré l’année dernière lors de la finale contre ces mêmes Warriors. Lebron peut non seulement changer l’allure d’un match, mais aussi l’allure d’une série complète grâce à sa production, son leadership et sa détermination, caractérisés par ses trois championnats derrière sa cravate.

Quoi qu’il en soit, il ne faut pas vendre la peau de l’ours sans l’avoir tué auparavant. Même si les Cavaliers sont toujours en vie grâce au respirateur artificiel et qu’aucune équipe de la NBA n’a réussi à surmonter un retard de 3-0 en série, il ne faut pas les avouer vaincus tout de suite. C’est lors des moments importants que les meilleurs joueurs performent! Voilà, la table est mise pour Lebron et compagnie. Qui sait, nous pourrions assister à une autre scène historique encore cette année!


 Crédit Photo © NBA.com

Partager cette publication