Par Roxane Gaudreault  

La conseillère municipale du district du Carrefour, Évelyne Beaudin, a récemment annoncé officiellement son intention de briguer la mairie de Sherbrooke aux prochaines élections municipales. Première femme à se porter candidate jusqu’à maintenant, elle compte sur une équipe forte pour gagner la faveur des Sherbrookois aux urnes le 7novembre prochain.  

Évelyne Beaudin a fait couler beaucoup d’encre depuis son entrée au conseil municipal de Sherbrooke. Prenant son rôle d’opposition officielle bien au sérieux, la jeune femme a fait la manchette régulièrement pour ses idées différentes de celles du maire actuel, Steve Lussier.  

Pour la cheffe intérimaire, défendre les idées de son équipe, pour laquelle elle est en ce moment la seule élue, est d’une importance primordiale : «Sherbrooke Citoyen est un parti maintenu par la force des idées de ses membres, le travail d’équipe y est central », indique-t-elle.  

Gestion responsable et environnement comme cheval de bataille 

Alors que son parti travaille depuis un moment sur le programme à mettre de l’avant pour les prochaines élections, Évelyne Beaudin est catégorique : « Sherbrooke est une grande ville, avec tous les avantages et les inconvénients que ça implique. Mettre en place un modèle de gestion responsable est essentiel. »  

Dans cette optique, la conseillère critique l’administration actuelle, considérant que le peu de consultations citoyennes qui sont organisées soit des initiatives de relations publiques, des tentatives de bien paraître.  

En opposition à ces pratiques, elle parle de processus stricts, de planification, d’études et de consultations citoyennes en amont des grands projets. Elle mentionne aussi l’importance de placer les bonnes personnes aux bonnes places pour optimiser les fonds de la Ville. Enfin, elle réitère la nécessité de bien évaluer les conséquences à long terme des projets menés par la municipalité pour mettre sur pied des infrastructures responsables, par exemple dans le dossier de revitalisation du centre-ville.  

Des enjeux à garder en tête 

Selon madame Beaudin, chaque décision doit être réfléchie. Donc, des éléments centraux doivent être gardés en tête lors de la prise de décision de la mairie. Parmi ceux-ci, elle mentionne l’enjeu de l’étalement urbain dans une optique tant économique qu’environnementale : « Cet enjeu met un poids considérable sur les finances, pour chaque tronçon de route qu’on doit ajouter, on engrange des coûts substantiels, en plus de nuire à l’environnement. »  

Même son de cloche autour du projet de l’aéroport de Sherbrooke qui revient à « soutenir le privé à même les fonds publics ».  

Être une jeune femme en politique municipale, un avantage? 

Évoluer dans un milieu majoritairement masculin peut apporter son lot de désavantages. Lorsque questionnée sur le sujet, Évelyne Beaudin mentionne la difficulté notable, pour une femme, de dénoncer des situations« Quand un homme le fait, c’est vu comme un signe de force, quand c’est une femme, on voit juste une plainte. »  

Pour celle qui personnifie l’opposition officielle et qui se doit de mettre en doute les décisions de l’administration en place, ce double standard a eu des répercussions directes sur son image.  

Outre les difficultés, la conseillère met surtout l’accent sur les avantages qui viennent avec cette position; celle de jeune et celle de femme. Elle mentionne, entre autres, qu’il lui est plus facile d’incarner le changement à cause de son âge, qu’on la croit plus aisément qu’une personne plus vieille lorsqu’elle dit vouloir changer les choses. Et du changement, elle tient à en amener, notamment sur le peu de diversité culturelle dans le milieu politique municipal sherbrookois.  

L’importance d’intégrer les étudiants à la vie politique sherbrookoise 

Selon Évelyne Beaudin, la politique municipale devrait laisser plus de place aux étudiants, surtout à Sherbrooke où ils représentent une bonne proportion de la population. « Souvent, au Conseil, quand on entend parler des étudiants, c’est pour les plaintes de bruit et les partys, mais je pense qu’on devrait plus les entendre sur les enjeux de la Ville et leur laisser la place de présenter certains enjeux, comme les enjeux environnementaux. Le palier municipal est vraiment pertinent à ce niveau et j’aimerais que les jeunes le réalisent quand ils décident de s’impliquer dans ce genre de causes. »  

Elle précise qu’après tout, c’est le municipal qui a une influence sur la gestion des matières résiduelles, le traitement de l’eau et l’aménagement du territoire.


Crédit photo @ Marilyne Bédard-Fontaine

Partager cette publication