Une nouvelle formule de 5@8

Par Ariane Lacerte

Dans l’optique de créer un événement où tous peuvent chiller et jammer sans se faire déranger par les gens saouls, le comité zéro-déchet a organisé un 5@8 zéro déchet et sans-alcool, le mercredi 27 mars. Le Collectif s’est entretenu avec les membres organisateurs de cet événement.

Vous êtes tannés des gens ivres dans les 5@8? Vous êtes tannés de devoir vous excuser pour aller jusqu’aux toilettes? Grâce à la récente création du comité zéro déchet, vous pourrez désormais profiter de 5@8 zéro déchet et sans alcool, dont la première édition a eu lieu le 27 mars dernier. Pour faire changement, le comité a pensé à organiser une soirée à thématique chill et jamm, où les étudiants ont pu jouer à des jeux de société, discuter avec des amis et, bien sûr, en apprendre sur le mouvement zéro déchet. Les instruments de musique étaient les bienvenus pour mettre une ambiance chaleureuse et des DIY étaient également organisés sur place.

Thématique de la soirée

L’idée est principalement venue de Laurence, l’une des membres du conseil exécutif, qui est aussi responsable des 5@8 en sciences. Toutefois, les activités qui ont eu lieu pendant cette soirée proviennent d’idées de la part de plusieurs membres du comité. Lors de la soirée, le comité organisateur a essayé de lier subtilement le mode de vie zéro déchet avec le confort et l’environnement. La musique et les activités sociales ont été mises de l’avant, tout en faisant des liens avec la possibilité d’avoir du plaisir sans surconsommer, explique le comité organisateur. Des ateliers DIY ont aussi été présentés pour proposer un remplacement aux produits emballés et pour montrer la possibilité de donner une deuxième vie à certains objets de la vie quotidienne.

La durée est demeurée la même, soit de 17h à 20h, mais le déroulement de la soirée a été complètement différent, explique le comité organisateur. D’abord, il n’y avait pas de vente de quoi que ce soit puisque ce n’était pas une activité à but lucratif. Au contraire, les organisateurs voulaient promouvoir une diminution de la consommation. Cette soirée était davantage un chilling, un moment pour se retrouver et avoir du plaisir avant le rush de fin de session. C’était aussi un moment pour en apprendre davantage sur le mouvement zéro déchet, sur le comité zéro déchet et sur quelques petites façons de diminuer sa production individuelle de déchets. Il y a eu des activités de type kiosque, des tables de jeu, une mini bibliothèque de références et un coin jam, soit des activités que l’on ne retrouve pas dans les 5@8 normalement. Le comité a voulu créer une ambiance amicale et procurer une soirée de détente aux étudiants avant la tempête de la fin de session.

L’alcool sur le campus, un problème?

Bien que le comité zéro déchet organise un 5@8 sans alcool, leur motivation n’est pas d’interdire l’alcool sur le campus. Comme les organisateurs mentionnaient au journal, il faut d’abord comprendre que l’alcoolisme vient d’une prédisposition génétique à l’addiction nourrie par une habitude de consommation d’alcool. Les 5@8 pourraient donc, en effet, débuter ou faire partie d’une habitude de consommation socialement acceptée. Cependant, l’habitude peut provenir de n’importe quel milieu qui incite l’utilisation de l’alcool comme moyen de fuir les problèmes ou comme moyen de détente. Le comité ne tient pas à se positionner sur l’enjeu, il veut seulement offrir une activité pendant laquelle les étudiants peuvent avoir du plaisir, se renseigner sur un mode de vie nouveau et de plus en populaire, sans consommation d’alcool.

Le comité croit toutefois qu’en promouvant l’originalité et la diversification des activités proposées sans alcool, plus d’activités sans alcool seraient organisées. Il mentionne également qu’il faut surtout chercher à proposer des choix d’activités qui ne nécessitent pas d’alcool pour être appréciées et des activités qui ne sont pas associées à la consommation. Dans cet ordre d’idées, organiser un simple 5@8, mais sans alcool, intéresserait sûrement moins les étudiants. Bref, des activités comme celles que le comité zéro déchet organise ou des activités de discussion pourraient aider à réduire la consommation d’alcool dans les événements universitaires. Les 5@8 sont aussi populaires, car ils sont un moyen simple pour les étudiants de se rencontrer et les étudiants sont, par conséquent, exposés à de l’alcool chaque semaine.

Les 5@8, un environnement de gaspillage?

L’Université de Sherbrooke est certainement une des universités les plus avancées en matière d’écologie. Cependant, les 5@8 et les activités traditionnelles de l’université sont encore polluantes. Le comité zéro déchet déclare que les 5@8 occasionnent un certain gaspillage; on peut penser aux canettes de bière individuelles et aux boîtes de pizza. Le comité se réjouit toutefois que les canettes d’aluminium soient consignées et facilement recyclables et les boîtes de pizza découpées et utilisées comme assiette puis mises au compost. Cependant, la faculté de génie, par exemple, pourrait bannir l’option du verre à usage unique en polystyrène qui ne peut pas être mis au recyclage. Également, les gens de la faculté de sciences peuvent être fiers de l'écoresponsabilité de leurs 5@8 sans verre jetable (ce n’est même pas une option), sans assiette de polystyrène et sans suremballage de plastique. Néanmoins, le comité zéro déchet veille à la réduction de tout déchet, même ce qui peut aller au recyclage. Pour offrir un 5@8 zéro déchet, le comité n’offrira pas de nourriture ou de boissons transformées ou emballées. De plus, il n’y aura aucune activité nécessitant des emballages ou du matériel qui se retrouverait dans un bac de poubelle ou de recyclage à la fin de l’activité.

Le comité zéro déchet espère que leur initiative fera réfléchir les étudiants. Les organisateurs croient qu’en faisant germer l’idée que l’alcool et les déchets ne sont pas nécessaires à la réussite d’une telle soirée dans la tête des participants, un changement pourra être réalisé. Par le fait même, leur initiative pourrait contribuer indirectement à une consommation modérée d’alcool, mais il faudrait qu’elle soit suivie d’autres événements de ce type. N’oubliez pas, la modération a bien meilleur goût.


Crédit Photo @ Jacob Buisson

Partager cette publication

Laisser une réponse