Photo-edito_MCBarretteJean de La Fontaine disait : « Le cœur fait tout, le reste est inutile. » Et si la période de Noël se résumait à laisser notre cœur prendre toute la place…

Par Marie-Claude Barrette

Si très jeunes nous désirons tous la plus belle voiture téléguidée ou la poupée parfaite aux yeux brillants (remplacer par un objet qui vous convient), nous réalisons, à l’âge adulte, qu’un cadeau pour chaque personne de notre entourage revient à une faillite assurée. Avec la facture d’Hydro qui augmentera en fonction des degrés qui baissent et les pleins d’essence qui se multiplieront à la suite des nombreux allers et venues entre les différentes soirées festives, l’évidence s’impose : nous sommes contraints à faire un choix.

Est-ce que les échanges de cadeaux limités à un montant sont une solution? En 2014, les présents à dix dollars deviennent un casse-tête. La quête se résulte donc par l’achat d’un objet plus cocasse qu’utile et ce qui paraissait une solution devient une façon de jeter son argent par les fenêtres. Et les échanges tout court ? Déception, frustration et faux sourires assurés.

Les possibilités fondent, mais la neige s’accumule…

« De l’amour à revendre »

Ces paroles tirées d’une chanson française illustrent bien le concept représentant l’état d’esprit que la population devrait adopter durant le temps de Noël. Rappelons-nous que cette fête est, avant tout, une célébration de la famille et de l’amour. Si une fleur, un bijou ou un cadeau est une façon agréable de faire plaisir à l’autre ; la démonstration matérielle accompagnée d’une attention du cœur feront des miracles bien plus grands.

Dépenser des fortunes pour faire plaisir est un concept créé à coup de publicités et inculqué dès notre enfance. Se sentir coupable de ne pas se procurer LE nouveau produit qui changera votre vie, regretter de ne pas se prévaloir de la super-vente-jamais-vue-à-deux-cent-pour-cent : nous serons confrontés à ces pensées absurdes malgré nous. Plusieurs se sont déjà laissé emporter par cette tempête de soldes vendredi dernier lors de cette journée qui marque le début des emplettes de Noël : le Black Friday.

Ainsi, pour tous les adultes qui ont entamé la quête du cadeau parfait et qui ont même déjà ratifié certains éléments de leurs longues listes, vous êtes probablement déjà déprimés. La principale raison? Les prix ont outrageusement augmenté depuis quelques années : achetez un jeu de construction à votre enfant pour un montant dérisoire (!) de quatre-vingts dollars (sans comptabiliser toutes les boîtes supplémentaires à se procurer pour le rendre fonctionnel), un gadget dernier cri à votre père pour un montant de trois chiffres, un bouquin à votre mère pour quarante beaux dollars, une veste à votre grand-frère pour la modique somme de cent dollars… et votre amie, votre douce moitié, votre grand-mère adorée? N’oubliez surtout pas vos beaux-parents! Reprenez votre souffle.

La consommation en soi est donc un flocon dans l’effet boule de neige : le problème se situe à un degré supérieur. En effet, même les simples petites attentions pourront vous ruiner. TOUT est cher. Et leur multiplication en revient à nous ruiner. Alors, que devons-nous faire?

Donnez votre cœur, pas votre argent

Fêter Noël doit devenir une opportunité d’appuyer momentanément sur « pause ». Prendre le temps de regarder, de réaliser, d’aimer et de partager. Les quelques jours de vacances mérités sont une occasion parfaite pour fêter en famille, concocter un repas succulent, inviter ses amis dans le confort de son foyer (même s’il est constitué de deux cents pieds carrés) et aller marcher dehors avec votre copain (copine, date, amie, sœur, parents, chien, chat… vous suivez?)

Bien qu’inviter ses proches le temps d’un repas soit une idée alléchante, n’oubliez pas que l’amour peut aussi prendre la forme d’un service ou d’une attention. Avez-vous pensé à donner aux autres? Organismes, dons, bénévolats : ce ne sont pas les idées et les opportunités qui manquent! Plusieurs façons vous sont d’ailleurs suggérées dans les articles qui suivent.

Petite note : s’il semble facile de réduire votre consommation de biens, le portrait est tout autre pour la consommation d’alcool. Nez Rouge, y avez-vous pensé? Hic! Pensez à devenir bénévole peut également être une bonne idée!

Finalement, commencez votre jeûne dès maintenant pour survivre aux bonnes tablées, le temps des Fêtes va bientôt commencer! L’équipe du Collectif vous souhaite la meilleure des chances pour votre fin de session et un temps de Noël avec de l’amour en abondance!

Partager cette publication