Une première moitié de saison difficile pour le Vert et Or.

Par Charles Ferron

La semaine de congé arrive au bon moment pour l’équipe de football sherbrookoise à la suite d’une défaite humiliante de 43-11 devant leurs partisans. La formation de Mathieu Lecompte tentera de se replacer après avoir récolté 4 revers en autant de matchs.

Avant même de commencer la saison, Sherbrooke possédait une formation remplie de joueurs de première et de deuxième année. Une situation loin d’être idéale pour une équipe qui tentait de rebondir après une campagne ordinaire en 2017. Malgré tout, les entraîneurs semblaient optimistes en début de camp. Cette bonne attitude provenait entre autres de la présence dans l’alignement du quart-arrière de deuxième année Xavier Owens qui avait montré de belles choses l’an dernier.

Malheureusement pour Sherbrooke, Owens subit une commotion cérébrale dès le 2e quart du premier match de la saison. Cette blessure l’empêcha de participer aux deux parties suivantes. C’est la recrue Joé Hudon qui remplaça Owens contre McGill et Concordia avec des résultats mitigés.

Un pas en arrière de tout le monde

En plus de voir Owens se blesser tôt dans la saison, le Vert et Or a également perdu les services de leur coordonnateur offensif Jason Hogan engagé en janvier.  Hogan a accepté un poste de responsable des quarts-arrière avec les Carabins en juillet, quelques semaines avant le début des activités. Pour remédier à la situation, l’entraîneur à la ligne à l’attaque, Rémi Giguère, a alors été promu au poste de coordonnateur pour 2018.

Visiblement affectée, l’attaque du Vert et Or n’a marqué que 2 touchés offensifs et 10 points en moyenne en 4 matchs; bon pour le dernier rang dans le RSEQ. Par contre, le retour de Owens face aux Carabins est encourageant pour cette deuxième moitié de la saison. En possédant un jeu aérien efficace qui force les défensives à craindre la longue passe, l’attaque de Sherbrooke pourrait du même coup utiliser davantage le porteur de ballon, Gabriel Polan, leur meilleur joueur offensif jusqu’à maintenant.

Départ canon pour la défensive

Avec l’attaque du Vert et Or qui connaissait énormément de difficultés, c’est la défensive qui tenait le coup. Menée par le retour en santé du demi défensif Justin Roy, du vétéran secondeur Charles Brousseau et des joueurs de ligne défensive Samuel Piché-Luneau et Mickael Badra, la défense de Sherbrooke a limité le Rouge et Or à un seul placement lors du match d’ouverture. Les deux autres unités ont quant à eux concédé les 11 points supplémentaires. L’équipe s’inclina finalement 14-1.

La semaine suivante, à McGill, l’unité défensive récidiva en créant 3 revirements et en accordant seulement 10 points dans une défaite de 19-8. Ce fût l’interception retournée pour un touché par les Redmens qui a coulé le Vert et Or lors du 3e quart. Il a fallu attendre la fin de match contre Concordia avant de voir le premier faux pas de la défensive.

Une défaite crève-cœur

Le tournant de cette saison 2018 est sans contredit l’affrontement face à Concordia lors de la troisième semaine d’activité. Grâce à un retour d’échappé de 108 verges d’Anthony Chagnon, la formation sherbrookoise possédait une avance de 15 points avec 5 minutes à jouer. Néanmoins, le coordonnateur défensif du Vert et Or, Guillaume Boucher, n’avait aucune réponse pour le receveur étoile des Stingers, Jarryd Taylor, qui ramena son équipe de l’arrière. Ce dernier a fini la partie avec 258 verges, la quatrième meilleure marque du RSEQ.

Malgré la performance de Taylor, l’offensive de Concordia a été arrêtée à la ligne de 7 par Sherbrooke avec 46 secondes à faire au match et un retard de 20-14. Après avoir concédé un touché de sureté, le Vert et Or a redonné le ballon aux Stingers avec seulement 15 secondes à faire et 75 verges à parcourir. La partie semblait être terminée.

Cependant, un catch de 50 verges de Taylor positionna les Stingers dans la zone adverse avec 6 secondes restantes au cadran. James Tyrell capta ensuite une passe de 25 verges pour donner la victoire 22-20 à Concordia. Une semaine plus tard, le Vert et Or, n’étant toujours pas remis de cette défaite, fut humilié 43-11 par les Carabins.

Deux matchs à surveiller

Malgré un départ de 0-4, le Vert et Or a encore des chances de participer aux séries. Le prochain match crucial aura lieu le 5 octobre contre les Redmens de McGill à Sherbrooke. Si l’équipe perd ce match, le Vert et Or sera officiellement éliminé, à moins d’une surprise face au Rouge et Or ou aux Carabins. Rappelons toutefois que les Sherbrookois n’ont jamais remporté de match contre Laval et n’ont que 2 victoires face à Montréal depuis 2013.

Si le Vert et Or l’emporte, les scénarios se compliquent. D’abord, il faudra gagner la partie par un haut pointage afin de prendre l’avantage dans le différentiel de points entre les deux équipes. En effet, comme Sherbrooke a perdu par 11 points lors du premier affrontement, le Vert et Or détiendra le bris d’égalité sur McGill, avec une victoire de 12 points. À moins d’une défaite surprise de Montréal ou de Laval, le Vert et Or pourra ensuite participer aux séries avec un revers de McGill contre Concordia ou en battant les Stingers lors du dernier match de la saison.

Si le Vert et Or l’emporte par 10 points ou moins contre les Redmens, Sherbrooke ne possédera plus sa destinée. Ils devront espérer une défaite des Stingers face à McGill et par la suite remporter la partie contre Concordia par plus de 2 points le 27 octobre à Sherbrooke. Si le Vert et Or égalise le différentiel de points et le nombre de victoires des Stingers ou des Redmens, d’autres procédures de bris d’égalité seront suivies.

Même si tous ces scénarios semblent difficiles à atteindre, il ne faut pas oublier que le Vert et Or avait commencé leur campagne 2017 avec une fiche identique de 0-4, mais avait vaincu Concordia et McGill en deuxième moitié de saison pour finalement participer aux séries. 2018 est loin d’être terminée pour Sherbrooke.


Crédit Photo @ Estrieplus

Partager cette publication