Une saison d’apprentissage sur toute la ligne

lacrosse_2_petitUn début de calendrier difficile n’a pas ralentit les protégés de Paul Lehmann, qui sont allés chercher trois victoires dans la dernière moitié de la saison, après cinq revers consécutifs.

Jonathan Tremblay

Présente pour le rester

L’équipe de crosse semi professionnelle de Sherbrooke, l’Extrême FGP Électrique, en est à sa première saison dans le circuit et affronte des équipes ontariennes et américaines bien établies. La ligue compte cinq équipes; les Voyageurs du Vermont, les Mohawks (champions en titre depuis cinq ans) et les Tomahawks de Kahnawake, l’Axemen d’Ottawa, ainsi que l’Extrême FGP Électrique. Ceux-ci ont présentement une fiche de trois victoires et dix revers avec deux matchs à jouer en saison régulière.

« On a eu une très grande amélioration depuis le début de la saison. On devait d’abord apprendre à jouer ensemble et c’est encore un aspect à travailler. L’objectif, cette saison, était de faire les séries éliminatoires, ce qui est maintenant confirmé. L’équipe se battait même pour une troisième place. », explique l’assistant-capitaine Francis Côté. « L’année prochaine, on vise de se rendre en finale, et la suivante, gagner les séries afin d’atteindre la Coupe du président. L’équipe manque encore un peu d’expérience pour jouer contre des joueurs provenant de la Ligue nationale de crosse. Cependant, on est travaillant, et parfois, le travail bat le talent… », soutient le numéro 99.

Si les attentes sont remplies du côté des statistiques, elles le sont moins du côté de l’assistance.

« Il y a une éducation à faire pour ce qui concerne la population et c’est le même principe pour les médias. », affirme Gilles Péloquin, vice-président aux communications de la Ligue de crosse senior du Québec et de l’Extrême FGP Électrique de Sherbrooke. La réputation violente et sauvage de la crosse ferait apparemment partie de la crainte des spectateurs potentiels à se déplacer et à apprécier le spectacle.

« Il faut enlever dans la tête des gens cette image du sport et leur faire réaliser que c’est une opportunité en or de pouvoir présenter un calibre si rapide et si relevé dans la région. », renchérit l’homme dont la réputation n’est plus à faire dans le monde des communications et amateur de crosse depuis des dizaines d’années.

L’Extrême compte sur près d’une dizaine de joueurs natifs de Sherbrooke ainsi que plusieurs autres des villes avoisinantes, telles que Magog, Windsor et Ascot Corner.

Partager cette publication