photo Laurence Dostie-Pare´ -- Cre´dits _ Josianne Lecompte_petitTenez le vous pour dit, la pitié n’a pas sa place pour Laurence Dostie-Paré. Tranche de vie d’une jeune femme à la force de caractère peu commune.

Par Jonathan Tremblay

La dernière année de l’étudiante de 24 ans a été des plus dramatique. Après un début de parcours universitaire agrémenté de succès et d’espoir, elle qui a été nommée recrue de l’année à sa toute première saison avec le Vert et Or, son univers a chaviré.

Lors de son entrée au baccalauréat en administration des affaires à l’automne 2010, sa mère (Luce Dostie), avec qui elle entretenait une grande proximité, avait déjà un diagnostic de cancer des ovaires, mais il n’y avait à ce moment aucun soupçon de l’ampleur que la maladie allait prendre.

« Ça allait bien, elle avait même pu accompagner l’équipe au Championnat canadien à Victoria, explique-t-elle. C’est à partir des fêtes que les choses se sont gâtées. »

Après un long combat, Luce sera emportée par sa maladie, en mars 2013, à l’âge de 52 ans.

Deux mois auparavant, son père, Yves Paré, avait eu la confirmation qu’il souffrait d’un cancer des poumons. N’étant plus le même depuis le départ de sa femme, l’homme de 53 ans s’est affaibli rapidement et est décédé en novembre dernier.

« Le premier temps des fêtes sans eux a été le plus difficile, confie-t-elle, j’étais seule avec mon frère et ses enfants. Je les adore comme si c’était les miennes, ces deux-là. »

Prosternation devant son courage

Malgré les commentaires des gens qui l’encourageaient à prendre du temps pour elle, cesser ses études ou encore le soccer n’a jamais été une option. « C’est ce qui me changeait les idées, ce qui me permettait de faire le vide et d’avancer », appuie-t-elle, lorsque questionnée sur la place qu’obtenait le sport dans sa vie durant cette période difficile.

En avril dernier, elle a reçu un vibrant hommage de la part de son entraineur et de ses coéquipières alors qu’elle recevait le Prix Chantal Navert, remis à un athlète du Vert et Or ayant fait preuve de persévérance et de détermination. « C’était un moment vraiment touchant. Seulement un mixte d’émotions plus ou moins évidentes à gérer, mais c’est normal. »

Laurence Dostie-Paré vient tout juste de conclure sa quatrième année d’université en administration des affaires. Elle complète un double baccalauréat en finances et en marketing. Elle songe à demeurer sur les bancs d’école cet automne dans le but de compléter sa cinquième et dernière saison d’éligibilité avec la formation féminine de soccer.

Le soleil brille désormais pour Laurence, et pour longtemps, on l’espère. Elle vient tout juste de devenir propriétaire d’un domicile avec son copain, qui est dans sa vie depuis huit ans. Professionnellement, elle aimerait davantage se diriger vers le domaine du marketing, mais elle se laisse toutefois des portes ouvertes. Sa collation des grades se déroulera l’automne prochain, question de boucler la boucle à ses deux baccalauréats, ainsi que pour mettre de côté une période de sa vie où elle roulait sur le pilote automatique.

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *