Vieillir en un clin d’œil

Par Andrée-Anne Roy

Être responsable, c’est vieillir, grandir et évoluer en tant que personne. La responsabilité vient avec l’âge comme on dit, mais à quel âge exactement?

J’ai toujours cru que la première fois qu’on m’a dite responsable était à 7 ans quand j’ai attaché mes patins toute seule et sûrement un tantinet trop lousse, sans l’aide de personne. La même journée, j’avais également décidé de traîner ma poche de hockey de la voiture à la chambre des joueurs pour montrer mon indépendance. À ce moment-là, je croyais avoir grandi malgré ma petitesse. La responsabilité s’acquiert lorsque l’on rajoute des tâches à notre quotidien, quelles qu’elles soient. Par contre, c’est souvent la reconnaissance des autres qui nous en donne conscience.

Page3_photo1_polaroid_editAA

© Cathie Lacasse Pelletier

Post it, bloc note, etc.

Avec la responsabilité vient l’organisation. Plus on a de choses à faire, plus on a d’alertes internes et de trucs à ne pas oublier. Comme on l’apprend en psychologie, le cerveau est bâtie sous forme de système de rangement, comme un gros walk in d’idées, ce qui favorise la mémoire. Pour certains, il est peut-être plus en désordre que d’autres, tandis que certains le tri par couleur et par style. L’humain se promène avec de plus en plus de poids sur les épaules: on accumule, on absorbe, on s’écroule. La longueur de notre checklist ne devrait pas définir qui nous sommes pour autant, bien au contraire. L’esprit de synthèse est toutefois complexe à maîtriser. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué?

Prendre ses responsabilités, c’est assumer ses choix qu’ils soient bons ou mauvais sans devenir une victime de son passé. C’est voir de l’avant et toujours se pousser à faire plus sans en faire trop. Ne fuyez pas les décisions qui changeront votre futur, prenez votre vie en main, nous sommes les maîtres de demain...

Bricolage, sieste, etc.

J’ai ensuite cru avoir pris un coup de vieux en accomplissant ma première journée de gardiennage. La satisfaction et la gratification de pouvoir prendre soin d’une autre personne est consternante puisqu’avant tout il faut se connaître suffisamment soi-même et se gérer avant de pouvoir prendre en main la vie d’autrui, ne serait-ce que pour une journée. Avant tout n’est-il pas important de penser à ses propres besoins avant de combler ceux des autres? Je crois que nous nous devons d’être équilibrés même si cela nous demande d’être égoïste un peu, de s’arrêter et de penser à soi ne serait-ce que quelques minutes par jour. Il faut savoir démêler ce qu’il y a entre nos deux oreilles pour nous permettre d’avancer.

Déménagement, dépenses, etc.

Tous se souviennent de leur départ du nid familial comme étant un pas vers l’avant, mais aussi plusieurs vers l’arrière. On se sent libre et prêt à vivre notre vie sans contraintes et sans règles sauf celles que nous nous faisons nous-mêmes. C’est à ce moment qu’on se rend compte à quel point nos parents faisaient beaucoup de compromis et énormément de gestion pour nous. Ils devaient penser à eux, mais aussi à leur famille. Et ils faisaient vraiment de leur mieux pour répondre à toutes les requêtes qu’ils recevaient. Avec le déménagement vient l’épicerie, le compte d’électricité, le loyer, la journée des poubelles, celle du recyclage et j’en passe! Toutes les dates qui se tassent et s’entremêlent dans notre petite tête, tout en se bourrant le crâne des exceptions du participe passé et de théorèmes imprononçables nous forcent à jongler et à devoir choisir. Ce choix qui est entre nos mains, c’est la responsabilité. La responsabilité de faire ce qui est mieux pour soi, pour l’autre et pour le reste de la société. Ce choix, il m’appartient et il t’appartient. C’est à nous de façonner de ce que nous voulons devenir comme personne et comme société, tout en prenant en main les tâches qui nous tiennent à cœur et en en laissant pour les autres.

Page3_photo2_polaroid_edita-a

© Cathie Lacasse Pelletier

Prendre ses responsabilités, c’est assumer ses choix qu’ils soient bons ou mauvais sans devenir une victime de son passé. C’est voir de l’avant et toujours se pousser à faire plus sans en faire trop. Ne fuyez pas les décisions qui changeront votre futur, prenez votre vie en main, nous sommes les maîtres de demain…


© Crédit image : www.casatv.ca

Partager cette publication