Visionner le droit d’auteur

Par Marianne Blouin-Caron

Visionner le droit d’auteur

Combien de films, téléséries et chansons avez-vous téléchargés illégalement? Une dizaine ou peut-être une centaine.

Depuis 2012, Game Of Thrones reste le champion incontesté de la série la plus téléchargée. Un titre qui ne dérangeait pas la chaîne HBO jusqu’à tout récemment, malgré que le piratage ait contribué au succès de la série.

Ce printemps, quatre épisodes de la cinquième saison ont été publiés en ligne un jour avant la première internationale. En trois heures, les épisodes ont été téléchargés 100 000 de fois, selon TorrentFreak.com.

Les épisodes auraient été copiés à partir des extraits envoyés à la presse, affirme HBO.

Pourquoi choisir le côté sombre

Contrairement à Netflix (9.99$/mois), AppleTV (89.99$) ou Tout.TV (6.99$/mois), qui sont tenus par le droit d’auteur, les logiciels Peer-to-Peer (P2P) tels que BitTorrent, KickAssTorrent ou des sites de streaming comme Flixjolt et PrimeWire.ag disposent d’une vaste bibliothèque gratuite de contenu audio-vidéo.

Les émissions et les films sont mis en ligne presque instantanément et souvent en haute-définition− merci au streaming légal. De plus, une version sous-titrée ne tarde jamais à arriver pour accommoder les étrangers.

Respecter le droit d’auteur semble difficile dans ce monde numérique. Pourtant, une infraction au droit d’auteur peut entraîner une pénalité des plus salées.

Le droit d’auteur c’est quoi?

Selon la définition de l’Office de la propriété intellectuelle du Canada (OPIC) «le droit d'auteur désigne le droit exclusif de produire ou de reproduire la totalité ou une partie importante de l'œuvre sous une forme quelconque.»

Depuis le 1er janvier 2015, à la demande du titulaire du droit, la Loi sur la modernisation du droit d’auteur oblige les fournisseurs de services Internet et moteurs de recherche à envoyer des avis de violation à leurs abonnées qui auraient téléchargé du contenu protégé par le droit d’auteur. Manquer à cette requête dans les délais peut entraîner une lourde pénalité allant jusqu’à 10 000$ pour le fournisseur ou le moteur de recherche.

Pour un individu trouvé coupable de piratage à une fin commerciale, l’amende peut monter au-dessus de 5 000$ à 20 000$, jusqu’à maximum 5 ans de prison selon la gravité de la situation.

Ne paniquez pas! La ‘’loi du gros bon sens’’ trace une distinction entre la consommation commerciale, soit la vente d’une propriété protégée sans autorisation, et personnelle comme regarder un film sans le télécharger, c’est-à-dire en streaming.

Comment vaincre le fléau du piratage ?

Par le streaming! Le problème est parfois la solution. Développer une plateforme de streaming est une stratégie qui gagne en popularité. Par exemple, Youtube, Google Play, iTunes offrent à prix modique un service de location de films en ligne.

Pour combattre le piratage, le distributeur de Game of Throne lance HBO Now, un service de streaming indépendant de l'abonnement au câble. Pour $14.99 US, les résidents des États-Unis ont accès à tout le contenu HD de la chaîne à partir de leur ordinateur.

Au Québec, les principaux fournisseurs du câble ont développé leur propre service de streaming. Bell Média offre Bell Télé et Vidéotron a Illico.TV.

La majorité du contenu de la première chaîne de Radio-Canada est accessible en ligne sur Tout.TV à partir de 6.99$ par mois. De plus, Radio-Canada diffuse simultanément certaines émissions télé sur le Web gratuitement, telles que Infoman.

Toutefois, s’abonner à toutes ces plateformes est coûteux et le contenu disponible est limité. Malgré les efforts des producteurs et des législateurs, les sites de streaming gratuit restent populaires. Comme dirait Eddard “Ned” Stark: «Brace yourself, Winter is coming [en ligne]».


© Marianne Blouin-Caron

Partager cette publication