Par Béatrice Palin

Le Pharmachien est maintenant une figure de proue en matière de vulgarisation scientifique. Il est la preuve vivante qu’on n’a pas besoin d’un diplôme en arts visuels pour transmettre un message par le dessin. L’important est de savoir comment formuler son idée et de la transposer dans son médium. À l’Université de Sherbrooke, nous avons notre propre version du Pharmachien en la personne de Benoît Leblanc, cocréateur du cours EDF919 — Communication scientifique par la bande dessinée.

Olivier Robin et Benoît Leblanc sont les cerveaux derrière ce projet et tous deux enseignants du cours. Ce cours offert aux étudiants du doctorat et postdoctorat de l’Université de Sherbrooke ont affiché complet dès ses deux premières sessions à l’hiver et à l’été 2020. Toutes les facultés y ont participé sauf une. Un défi à battre pour les sessions d’hiver et d’été 2021.

EDF919

Le cours offert au 3e cycle est de 1 crédit. Son but est simple : « Développer des compétences générales en vulgarisation scientifique, en utilisant la bande dessinée comme outil de diffusion ». Les étudiants participant au cours sont amenés à faire ressortir les éléments importants de leurs travaux de recherche et de les diffuser au public sous forme de bandes dessinées. Le cours n’est pas exclusif aux programmes de sciences. De la recherche est effectuée dans tous les domaines, que ce soit en éducation, en ingénierie ou en gestion, toutes les facultés y sont les bienvenues.

Exposition

Les travaux des étudiants qui ont suivi le cours l’été dernier sont en exposition dans plusieurs bibliothèques sur les campus de l’Université de Sherbrooke. Plusieurs m’ont arraché un éclat de rire, ce qui est assez gênant dans une bibliothèque. N’hésitez pas à aller leur jeter un coup d’œil, vous ne serez pas déçu. Les doctorants ont du talent.


Crédit Photo @ UdeS – Michel Caron

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *