Un week-end et de la créativité à profusion : une formule gagnante!

Par Laurie Belhumeur

Du 17 au 19 mars 2017 se déroulait, dans les locaux d’Espace-inc et de La Fabrique - Coop d’ateliers collectifs, la deuxième édition du Startup Weekend Sherbrooke édition maker. Les 23 participants, dont certains étaient des étudiants de l’Université de Sherbrooke, avaient 54 h pour créer une équipe, un prototype d’un produit, valider que leur idée était viable et créer un modèle d’affaires étoffé. Le dimanche soir, les participants présentaient le fruit de leur travail devant un jury composé de cinq personnes afin d’être une des trois équipes couronnées gagnantes. Sur les cinq équipes, Le Bock a terminé en première place, GreenBox en deuxième et le Wiper Defreezer en troisième.

Un Startup Weekend édition maker, ça mange quoi en hiver?

Le principe d’un Startup Weekend, c’est de créer une entreprise en 54 h. En gros, voici ce qui attendait pas moins d’une vingtaine de personnes : elles sont arrivées le vendredi soir, prêtes à travailler fort… et à ne presque pas dormir! Différentes idées étaient lancées et, par la suite, les plus intéressantes étaient retenues. Tout au long des 54 heures accordées, il fallait que l’idée retenue le vendredi soir se concrétise pour finalement être présentée le dimanche soir, lors de la soirée de clôture.

Quelques faits saillants de la fin de semaine

En tant que co-organisatrice de l’événement, j’ai été témoin de plusieurs faits cocasses impliquant quelques étudiants de l’Université de Sherbrooke. Cela a commencé le vendredi soir. Tong Zhang, étudiant en génie mécanique à la maîtrise, était tellement impliqué dans le projet de GreenBox que je l’ai surpris en train de parler affaires au téléphone… à une heure du matin! Et en plus, c’était avec des gens de Montréal.

À certains moments, la vie nous réserve de belles surprises! C’est ce qui est arrivé à l’équipe de Wiper Defreezer dimanche soir. Le samedi soir, les gars avaient presque jeté l’éponge en se disant que leur projet de créer un produit qui permet de dégeler les essuie-glaces ne tenait pas la route. Philippe Legault, étudiant à la maîtrise en commerce électronique, ainsi que ses deux amis, m’ont répété à plusieurs reprises qu’ils auraient l’air fous lors des pitchs finaux de vente. Le trio n’a cependant pas abandonné. Le dimanche soir, l’équipe a finalement su faire preuve de créativité et d’originalité, ce qui lui a valu la troisième place.

Une expérience d’entraide enrichissante

Pour avoir vu la dynamique de l’édition de l’an dernier, je m’attendais à ce que les équipes soient très compétitives entre elles, compte tenu de la valeur des prix à gagner. Cependant, c’est plutôt l’inverse qui s’est produit : alors que plusieurs rencontraient des défis, les participants s’échangeaient des trucs et conseils. Certains qui avaient déjà participé à d’autres Startup Weekend m’ont également passé la remarque par rapport au fait que c’était étrangement amical et peu stressant comme ambiance, comparativement à d’autres fins de semaine auxquelles ils avaient participé.

J’ai aussi eu la chance de discuter avec Nicolas Monnin, étudiant à l’École de gestion au profil entrepreneuriat, qui me disait que les Startup Weekend l’aident à développer son côté entrepreneurial. En effet, il disait qu’il en avait appris davantage sur différents aspects de l’entrepreneuriat et qu’il était sorti de sa zone de confort pendant cette fin de semaine.

Les équipes sont reparties chez elles dimanche soir avec de nouveaux contacts, qui seront peut-être des partenaires d’affaires, et un bagage additionnel afin de pouvoir continuer à développer leur entreprise en devenir.


Crédit photo © Laurence Poulin et Startup Weekend Sherbrooke

Laisser une réponse

Recommandation