Well inc. et Well inc.lusive : un projet à double tranchant pour le centre-ville de Sherbrooke

Par Sofie Lafrance

En octobre 2016, la Ville de Sherbrooke, sous l’égide du maire Bernard Sévigny, présentait son projet du « quartier de l’entrepreneur », plus communément connu sous le nom de Well inc. Cette initiative vise à réaménager la rue Wellington Sud du centre-ville de Sherbrooke jusqu’aux intersections de King Ouest, Aberdeen et Grandes-Fourches.

Ce projet, dont l’aboutissement est prévu pour 2020, vise à redorer la rue Wellington Sud, dont l’état se détériore depuis plusieurs années. Le présent stationnement municipal à étages serait démoli et reconstruit pour offrir plus d’espaces, le domaine public serait réaménagé, une route et un passage piéton seraient mis en place entre la rue du Dépôt et Grandes-Fourches Sud et une salle de spectacles y serait bâtie.

Pour parvenir à ses fins, la Ville de Sherbrooke a l’intention de mettre la main sur plusieurs commerces établis, que ce soit en achetant les installations ou en employant son pouvoir d’expropriation. Pour parvenir à acheter les commerces que la Ville a dans la mire, un budget de quatre millions de dollars serait puisé dans les surplus municipaux de Sherbrooke, soutient Radio-Canada. Jusqu’à présent, l’Hôtel Wellington, le Pub O’Tommy’s et l’ancienne auberge de jeunesse Ecobeat ont été acquis par la Ville de Sherbrooke. Des négociations seraient également engagées avec Taxis de Sherbrooke et le Studio Sex à ces fins.

Bien que le projet semble prometteur et provoque l’enthousiasme chez plusieurs, il est loin de faire l’unanimité. Une vingtaine d’organismes communautaires du secteur ont formé un front commun, le Collectif pour une Well inc.lusive, pour démontrer leur désaccord en phase avec ce projet (Radio-Canada). Selon Christian Bibeau, directeur de la Corporation du développement communautaire et porte-parole du Collectif, l’initiative de la Ville de Sherbrooke se réalise en vase clos, c’est-à-dire sans la consultation citoyenne.

Lors d’une entrevue à la radio, M. Bibeau a démontré ses craintes concernant la population qu’il qualifie de « vulnérable et marginalisée » établie au centre-ville de Sherbrooke. Il estime que la Ville de Sherbrooke n’est pas transparente quant à ses intentions face à cette strate sociale et redoute que les décisions prises pour le réaménagement ne tiennent pas compte de la réalité de ces personnes (Radio-Canada).

Bien que Well inc. ait espoir de donner un souffle nouveau au centre-ville, il s’avère déplorable que le projet soit imposé et non discuté avec les citoyens et citoyennes de Sherbrooke. Les craintes, les idées et les suggestions n’ont d’ailleurs pas été discutées entre les usagers et les décideurs de ce projet.

Le Collectif pour une Well inc.lusive publiera sous peu un document pour faire part de ses craintes à cet effet et pour étaler ses propositions concernant le projet Well inc.


Crédit photo © Commerce Sherbrooke

Laisser une réponse

Recommandation