Par Judith Doré Morin

Ici, la plupart des bâtiments n’ont pas d’adresse et les cartes routières sont désuètes ou incomplètes. « Tu dois marcher pendant environ 1,3 km sur la rue. Tu vas voir un mur orange. Ma maison se situe pas loin après. » « Appelle-moi quand tu penses arriver, je t’indiquerai le chemin. » Sans téléphone, ni GPS, trouver son auberge en Guadeloupe devient une véritable chasse aux trésors.

World-Wide Opportunities on Organic Farms (WWOOF)

En 1971, en Angleterre, l’organisation WWOOF se développe pour permettre à la population urbaine de passer la fin de semaine en campagne tout en soutenant l’agriculture biologique. Le mouvement s’étend aujourd’hui à plus de 100 pays, incluant le Canada et la Guadeloupe. Cela permet ainsi à un nombre croissant d’exploitations agricoles d’être mises en lien avec des volontaires.

Le WWOOFing se base sur la confiance et l’échange non-monétaire, le tout afin de contribuer au développement d’un monde durable. La personne hôte accepte de partager son quotidien et ses connaissances agricoles avec des personnes volontaires en échange de quelques heures de travail quotidiennes sur la ferme. Pour les nomades ayant un budget limité, le WWOOFing constitue une façon économique de voyager, que ce soit pour quelques jours ou plusieurs mois. En effet, en plus des découvertes culturelles, l’hébergement et les repas sont souvent offerts aux volontaires en échange de leurs services. Ce mouvement favorise la rencontre avec des gens qui ont les mêmes valeurs écologiques, qui souhaitent reprendre contact avec la nature et qui souhaitent voyager autrement.

Un havre de paix en Guadeloupe

Situé dans la commune de Bouillante, tout au bout d’un chemin abrupt bordé par la forêt tropicale, le havre de paix de Frédérique et Edward accueille une équipe de quatre WWOOFers. Avec leurs enfants et les touristes qui s’y rendent pour la formule Airbnb, c’est une douzaine de personnes qui partagent cette maison de bois autosuffisante en eau et en électricité.

La famille adhère au mouvement Colibris, qui invite chacun et chacune à faire sa part pour dessiner la société de demain par l’entremise d’initiatives écologiques et citoyennes.

Le quotidien de l’équipe

Vers 6:30, alors que le soleil se lève et que le temps est encore frais, l’équipe de volontaires partage un petit-déjeuner avant de se lancer dans ses tâches quotidiennes.  Préparer les semis, transplanter, désherber, s’occuper du compost et faire un suivi des plants dans la serre figurent parmi les activités qui occupent l’avant-midi des volontaires.

À chaque jour, une personne différente s’occupe de la préparation d’un dîner végétarien pour l’équipe de volontaires et la famille. Ce repas marque la fin du travail sur le terrain de 15 hectares.

L’après-midi, les volontaires peuvent donc se reposer sur un hamac près du bassin aménagé au centre de la maison, se délecter des nombreux livres disponibles dans la bibliothèque, faire du yoga dans le dojo extérieur ou descendre le chemin pour rejoindre la plage ensoleillée.

Le soir, tous se réunissent pour discuter et rire dans une ambiance familiale autour d’un dernier repas.


Crédit Photo @ WWOOF

Partager cette publication

Laisser une réponse