Par Jonathan Asselin

Comme la température est la religion officielle au Québec et qu’on en entend déjà suffisamment parler, je ne ferai pas trop long : le soleil arrivera bientôt. On lui pardonnera très bientôt son retard. Dans une canicule ou deux, quelques-uns auront déjà hâte à octobre.

Tout ça pour en arriver à parler du printemps. Printemps renouveau. Printemps les fleurs. Printemps les érables. Printemps garnotte, bouette. Printemps printemps. Sur la liste de mes quatre saisons préférées, il arrive cinquième.

Parce que le printemps, c’est sale. Après un hiver à lancer des tonnes de sel, de sable et de gravier dans les rues, on le sait : lorsque la neige fond, il ne reste plus que ces amoncellements de saleté sur le bord des rues et partout sur les trottoirs. On en transporte même jusque dans nos maisons. Toute cette poussière qui s’accumule pour faciliter les déplacements hivernaux, on la fait finalement disparaître (jamais totalement) au cours des premiers mois de printemps.

Dans le même sens, il y a d’autres choses qui font plaisir à faire disparaître. J’ignore si c’est typiquement québécois, mais on a pris l’habitude, au printemps, de faire un ménage total de notre chez-nous. Le fameux ménage de printemps. Le genre de ménage qui ne prend pas qu’une ou deux heures à accomplir. On va épousseter les endroits qu’on ignore habituellement. Déplacer les gros meubles pour enlever ce qui se cache dessous. En faisant tout ça, on retrouve parfois des petits objets oubliés. Surtout, on se questionne sur la pertinence de conserver des objets qui ont mal vieilli ou qui ne nous servent plus. Bref, le seul aspect du printemps que j’apprécie, c’est la légèreté qu’on lui associe, après avoir effectué le grand ménage.

La plupart de ces (re)trouvailles ne se révéleront pas essentielles à votre survie. Porte-clés (sans clés), stylos Bic, grains de popcorn ou rouleaux de scotch tape poussiéreux. Malgré tout, je crois qu’il faut réfléchir avant de jeter les menus objets que vous dénicherez (sauf pour les grains de popcorn). Avec un peu d’imagination, il est souvent possible de donner une seconde vie à vos objets désuets. Parfois même, quelqu’un aura eu une idée de génie avant vous et l’aura rendue publique grâce à YouTube, Pinterest ou autres médias sociaux.

Vous connaissez les DIY? Ça vient de l’anglais « Do It Yourself » : Fais-le toi-même. C’est devenu assez populaire dans les dernières années et il en existe pratiquement à l’infini. Remarque : on n’a rien inventé. C’est comme ça qu’on s’organisait dans l’temps. Seulement, aujourd’hui, on peut facilement trouver des modèles, idées et même des guides pour fabriquer en un tournemain des trucs utiles ou décoratifs faits d’objets très diversifiés.

Non seulement ça peut donner des résultats surprenants, mais ça permet aussi d’avoir la conscience tranquille environnementalement parlant. Recycler, c’est bien, mais la réutilisation de matériaux est encore plus écologique. En plus, c’est un moyen efficace d’économiser de l’argent! Plutôt que de se procurer de petits meubles ou des décorations cheap dans un grande-surface, regardez ce qui traine dans vos placards, lockers, remises. Vous risquez de vous rendre compte que c’est plus facile qu’il en a l’air de s’improviser menuisier.


 

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *