Par Sarah Gendreau Simoneau

Autrefois écoutés par une poignée d’adeptes, les podcasts sont maintenant plus populaires que jamais. Plusieurs animateurs, journalistes et humoristes ont mis sur pied des podcasts au fil des ans. C’est aussi le cas de deux étudiantes de l’Université de Sherbrooke (UdeS), Jessica Roux et Rosemarie Santerre, qui ont lancé leur propre podcast.  

Dans le 5 à 7 podcast, les deux filles tentent de démystifier et de comprendre les grands questionnements de la vingtaine grâce à des histoires, des conseils et l’expérience de plusieurs invités tous plus intéressants les uns que les autres.

Le podcast, ça vient d’où?

Tout d’abord, d’où viennent les podcasts et leur nom ? C’est Ben Hammersley en 2004 qui a inventé le terme en mélangeant les mots iPod et broadcast pour désigner le nouveau phénomène permettant de télécharger du contenu radiophonique sur un baladeur. Les adeptes d’émissions de radio se sont ensuite approprié le terme qui s’est après étendu au reste du monde, gagnant aussi tranquillement les néophytes en matière de radio.

Comment bien réussir sa vingtaine?

Quand elles abordent la naissance de leur podcast, elles évoquent notamment que c’est pour elles qu’elles le font. « Ensemble, on parle beaucoup de nos histoires, de ce qui nous affecte. On est comme deux clowns qui se racontent des histoires et qui essaient de se donner des conseils, mais qui ne sont pas outillés pour se donner des conseils. »

Elles ont donc eu l’idée du podcast pour discuter entre elles, mais également avec leurs invités, de la vie dans la vingtaine, des questionnements que les jeunes ont et essayer d’avoir des ressources. Rosemarie n’était pas certaine au début parce qu’elle n’était pas « dans ce monde -là », et finalement, Jessica l’a convaincue et voilà ce que ça a donné.

Ne manquez pas un épisode bonus, le 1er décembre prochain, pour tout connaître des débuts du podcast, comment tout ça a commencé.

Discussions entre amis financées par l’UdeS

Le concept du 5 à 7 podcast est basé sur des discussions sur tout ce qui englobe la vingtaine ; les relations, les dépendances, les troubles alimentaires, la masculinité toxique, les sujets chauds de l’heure. « C’est comme pour se rendre compte qu’on a tous les mêmes questionnements sur les mêmes sujets, mais c’est toujours avec de l’humour et il n’y a rien de lourd », explique Rosemarie. Jessica renchérit sur le fait que plusieurs épisodes à venir sur la nutrition ou l’environnement par exemple seront tout aussi éducatifs qu’humoristiques. À la fin de chaque épisode, les filles essaient de donner un conseil en lien avec le sujet sur ce qu’elles-mêmes ont appris à travers la discussion ou dans leur vie.

L’UdeS les a grandement aidées à mettre en œuvre leur projet de podcast surtout dans le financement de la location du studio et des frais de déplacement. L’Université encourage ce genre de projet de la part de sa communauté étudiante : les épisodes sont commandités par l’École de gestion. La faculté offre une aide aux étudiantes et étudiants qui veulent entreprendre ce genre de projets.

Des invités et des sujets pour tous les goûts

Lorsque la question sur leurs épisodes préférés est sortie, les filles avaient du mal à choisir parce que chaque épisode est différent, chaque sujet amène des discussions intéressantes et chaque invité apporte sa touche d’humour ou ses conseils. Rosemarie et Jessica sont unanimes : Tout le monde s’haït avec Sam Cyr et Marylène Gendron les a tellement fait rire et sinon, elles ont beaucoup aimé l’épisode avec Génération Sidechick, Julie-Anne Ho et Kate Marquis, pour les discussions qu’elles ont eues. « Il n’y a pas vraiment d’épisodes avec lesquels on était moins à l’aise, mais disons que des fois, il y a des sujets plus tabous, qu’on connaît un peu moins qui font qu’on se remet en question. »

Les filles ne s’attendaient pas à avoir autant d’écoutes en sortant ce podcast. « Au début je me disais, si ma mère l’écoute, ça va être réussi pour moi, alors de voir que des milliers de personnes sont à l’écoute, on est vraiment reconnaissantes de tout ça, confie Rosemarie, en même temps, j’espère que les gens l’écoutent pour le fun, pour les conseils aussi, mais faut se rappeler qu’on se questionne nous aussi ! ». « De savoir qu’il y a 7000 ou 8000 personnes qui nous écoutent, je suis contente, mais je ne le réalise pas on dirait, on n’est pas non plus des influenceuses. Aussi, on n’est pas Gandhi, il ne faut pas prendre tout ce qu’on dit pour du cash», explique Jessica.

Une amitié fusionnelle 

Rosemarie et Jessica sont amies depuis la maternelle, donc depuis 16 ans. Elles se sont toujours suivies dans ce qu’elles ont fait, autant dans des voyages incroyables que dans le fameux 5 à 7 podcast. Elles en parlent d’ailleurs dans l’épisode sur les amitiés toxiques et les relations fusionnelles. Jessica relate que de travailler avec sa meilleure amie « c’est des défis, c’est de l’adaptation. Personne ne nous connaît comme nous on se connaît ensemble ». C’est donc plus facile de dire à l’autre quand il y a des choses qui ne vont pas, surtout que, selon elles, elles se complètent très bien.

SCOOP

Comme mentionné plus haut, un épisode exclusif sortira le 1er décembre pour voir un peu l’envers du décor du podcast. Sinon un épisode avec le Sans filtre podcast sortira aussi prochainement. En octobre, un épisode avec Marilou Pilote, étudiante à l’Université de Sherbrooke, sera diffusé, et en novembre, Nicole du studio SF finira menottée et les yeux bandés pendant une heure : à ne pas manquer !

Les épisodes sont disponibles sur YouTube, Spotify, mais aussi sur Patreon où vous pouvez vous abonner pour avoir des exclusivités et écouter les épisodes en avance !


Source photo @ page Facebook officielle

Partager cette publication