Crédit photo © Sputnik News

Par Benjamin Le Bonniec

L’été s’installe tranquillement du côté de Sherbrooke et une nouvelle édition du Collectif avec. Quelque chose de plus fun, de plus léger m’a-t’on dit. Pourtant, aujourd’hui et depuis le 12 juin, j’essaie de prendre du recul sur cette nouvelle tuerie dont l’Occident a une nouvelle fois été la cible. Et encore quand je dis « tuerie » je pèse mes mots, car il s’agit bien d’un véritable carnage qu’a connu cette boîte de nuit d’Orlando dans cette nuit du 12 au 13 juin.

Attentat le plus meurtrier depuis le World Trade Center, ce massacre est aussi la pire tuerie de masse de son histoire qu’ait connu le pays de la liberté. Revendiqué par l’État islamique, c’est encore une nouvelle fois un lieu de fête qui a été visé, et encore une fois « ils » sont allés trop loin. Le caractère homophobe de cette véritable boucherie porte encore un coup de poignard à nos libertés fondamentales. En visant la communauté LGBT, ces islamistes obscurantistes font des pas de géant en arrière, qualifiant les homosexuels de « sodomites » dans le communiqué consternant de l’Etat islamique du lundi 13 juin. Est-il là le monde dans lequel on vit ? Un monde où chaque mois nous apporte son lot d’horreur ?

Pourtant, aujourd’hui encore on doit se lever chaque matin en continuant de vivre nos vies, en menant nos combats quotidiens, en avançant dans nos directions respectives. Vivre démocratiquement, dans l’amour et le respect, doit nous permettre de faire front à ces personnes qui au XXIème siècle ont fait le choix de l’abomination, de la haine et de l’atrocité. Un jour peut être nous vaincrons, la liberté vaincra.

Nos armes doivent encore être nos voix, nos plumes, nos mains, nos pinceaux et nos esprits pour combattre ce monde dont ils veulent et que nous ne voulons pas. Alors désolé pour cette fois, il fallait un édito « plus le fun » mais encore comme trop souvent ces derniers mois, le quotidien et ses actualités nous rattrapent. Dès lors, nous n’abdiquerons pas et tant que je pourrais écrire, je ne cesserais jamais d’élever ma voix contre ces abominables infamies. Cet été, faites la fête, sortez, allez à des concerts, partagez du temps tous ensemble, et surtout vivez c’est eux qui ont tord.


Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *