Par Sarah Gendreau Simoneau

Le 30 août dernier avait lieu la finale du Championnat du monde de hockey féminin à Calgary. Les Canadiennes ont alors triomphé, elles qui convoitaient le titre de championnes du monde depuis neuf ans.

Ce sont les Américaines qui ont gagné les cinq tournois organisés depuis, relate Radio-Canada Sports. Le Canada et les États-Unis montent donc sur le podium, accompagnés par la Finlande qui a battu les Suisses 3-1 dans le match pour la médaille de bronze.

Fierté

C’est Marie-Philip Poulin qui a offert cette victoire de 3-2 au pays grâce à son but gagnant en prolongation. Poulin avait déjà été double buteuse en finale aux Jeux olympiques de Vancouver et buteuse en or pour ceux de Sotchi. Il y a de quoi être fier! « Ça fait depuis 2012 qu’on attend ce moment-là. De pouvoir enfin gagner, ici, à Calgary, dans notre maison, il n’y a pas de meilleur feeling. Ça fait du bien. Je pense que toutes les heures de travail, les larmes, la sueur… Avec un pas de recul, tu réalises que ça vaut la peine », explique la Beauceronne.

Brianne Jenner a même confié que Marie-Philip Poulin était une joueuse spéciale. Elle parle de la capitaine avec beaucoup d’admiration pour son talent, mais également pour sa discipline au travail. Selon elle, Poulin possède toutes les qualités d’une grande joueuse et elle est fière et honorée de lui avoir remis la rondelle sur le but gagnant.

Mélanie Daoust, quant à elle, a dominé le tournoi avec six buts et autant d’aides en sept parties. Ces prouesses lui ont valu le titre de joueuse par excellence du championnat. « Je pense que nous y avons cru dès le départ. Nous avons montré beaucoup de caractère. »

Incroyable remontée

Plus tôt, c’est à Alex Carpenter que revenaient les deux premiers buts du match pour les Américaines, en moins de trois minutes en première période. Brianne Jenner a alors ouvert la marque pour les Canadiennes en avantage numérique. Elle s’est emparée d’une rondelle laissée libre par Poulin pour réduire l’écart à un filet. Jamie Lee Rattray, moins de trois minutes après, a égalisé le pointage pour en mettre plein la vue avec cette fin de rencontre enlevante.

« Tout au long du tournoi on a eu de l’adversité, mais on est un groupe résilient, a remarqué Poulin. On savait que ce ne serait pas facile contre les États-Unis. Même si c’était 2-0 pour elles, on était très calmes dans le vestiaire entre la première et la deuxième période. »

Malgré les pénalités et les occasions manquées, les Canadiennes n’ont jamais perdu confiance.


Source photo @ Burst

Partager cette publication