Par Aude Poirier 

Les élections municipales approchent à grands pas. C’est en novembre prochain que sera élu (ou réélu) l’un des trois candidats à la mairie. Représentant une partie importante de la population sherbrookoise, les étudiants de l’Université de Sherbrooke auront alors l’occasion de se faire entendre en votant pour l’aspirant maire qui correspond le mieux à leurs attentes et à leurs valeurs.  

Afin de permettre à la communauté étudiante d’être mieux renseignée quant aux différents programmes et ambitions des différents candidats, Le Collectif s’est entretenu avec ceux-ci pour discuter de leurs projets et visions concernant la ville de Sherbrooke.  

Dans un premier temps, le journal a eu la chance de discuter avec Évelyne Beaudin, candidate affiliée à Sherbrooke Citoyen. Mme Beaudin détient une formation en économie. Son mot d’ordre est l’efficacité. En effet, elle valorise l’écoute et la consultation des citoyens et des études avant d’entreprendre des projets, afin de rendre ceux-ci véritablement pratiques et rentables. Ses plans pour la Ville sont donc réfléchis et méthodiques, se basant sur des besoins et des préoccupations réels.  

Des préoccupations à l’image de ses valeurs

Crédit : Marilyne Bérard-Fontaine

Ses priorités consistent essentiellement en la valorisation de l’achat local et la protection de l’environnement. Elle s’est d’ailleurs battue, et continue de le faire, pour la conservation de la zone ayant un grand potentiel écologique située sur le chemin Rhéaume et pour empêcher la vente du parc Willie-Bourassa-Auger. Elle évalue d’ailleurs la possibilité d’agrandir la superficie du parc du Bois-Beckett en faisant l’acquisition d’un terrain à proximité. Elle soutient que le palier municipal est celui ayant le plus d’impact au niveau environnemental, puisqu’il est responsable de la protection des milieux naturels de la ville, la gestion des matières résiduelles, la réduction de la dépendance automobile, l’aménagement de pistes cyclables, le contrôle de la qualité de l’eau, etc.  

Pour ce qui est de l’achat local, la postulante mise en grande partie sur celui-ci pour la relance économique de la Ville. Madame Beaudin soutient qu’il ne faut oublier personne : commerçants, travailleurs autonomes, artistes, agriculteurs ont tous une place importante dans la réactivation de l’économie et doivent être valorisés, soutenus et écoutés pour assurer une reprise durable.  

Elle a également des idées concernant les bibliothèques sherbrookoises, lesquelles font d’ailleurs piètre figure au palmarès, représentant le pire ratio au Québec au niveau du nombre d’infrastructures par habitant. Elle souhaite moderniser ces institutions en y intégrant éventuellement des cafés COOP et en favorisant leur accès. Les bibliothèques ont à ses yeux le potentiel de devenir de véritables lieux de rencontres, d’étude et d’échanges qui profiteront aux plus jeunes comme aux plus âgés, ainsi qu’aux étudiants, lesquels démontrent un fort intérêt envers les lieux propices à l’étude, comme le reflète l’achalandage continuel dans les cafés de Sherbrooke.  

Être à l’écoute de ses concitoyens 

La candidate aspire à mettre en place des instances indépendantes bénéficiant de soutien financier qui représenteront les citoyens afin que ceux-ci puissent donner leur avis sur une base régulière. Elle pense par exemple à un conseil pour les étudiants, pour les femmes, pour les personnes âgées ou pour les personnes en situation de handicap. D’ailleurs, elle annonce la tenue d’un forum économique pendant la campagne électorale où les gens auront l’occasion de se faire entendre en plus d’apprendre en quoi consistent plus précisément ses propositions.


Source photo : Wikimédia

À lire aussi

Une mairesse pour Sherbrooke en 2021?

Partager cette publication