PHOTO : Zahya Idrissi et Catherine Mercier, étudiantes de l’Université de Sherbrooke et co-créatrices de l’évènement virtuel ESPI Québec-Maroc, qui en sera à sa première édition du 26 mai au 9 juin 2021.

Par Maria Camila Gallego 

Né d’une collaboration entre des étudiants de l’Université de Sherbrooke (UdeS) et de l’Université Hassan II de Casablanca, au Maroc, l’événement Entrepreneuriat Social et Partages Interculturels (ESPI) Québec-Maroc en sera à sa première édition du 26mai au 9juin 2021.  

Les personnes étudiantes qui veulent agir sur des enjeux de société qui les inspirent et vivre une expérience interculturelle sont invitées à y prendre part. Au programme : une formation virtuelle innovante axée sur des ateliers exploratoires et interactifs, des tables rondes et des séances de réseautage dynamiques.  

Une expérience unique pour se sensibiliser à l’entrepreneuriat social  

L’événement permettra aux personnes participantes de saisir comment entreprendre un projet et identifier les ressources pour le réaliser. À travers quatre ateliers virtuels dynamiques, elles seront amenées à explorer des enjeux de société qui les interpellent et à développer différentes manières de penser et d’agir pour mettre en œuvre des actions concrètes. «Entreprendre, c’est avoir un projet qui aura un impact social sur la communauté ou le monde qui nous entoure», explique Catherine Mercier, étudiante au baccalauréat en études politiques appliquées et lune des quatre personnes étudiantes québécoises et marocaines à avoir conceptualisé cet événement. 

Quel que soit le domaine d’étude ou le niveau de connaissances en entrepreneuriat, l’ensemble des personnes participantes sera sur un pied d’égalité dans un climat de partage et de découverte de soi et des autres. «Le but est que chacun puisse grandir à travers les réflexions et les activités», renchérit Zahya Idrissi, co-créatrice, étudiante au doctorat en administration des affaires (DBA) et présidente du regroupement Enactus Université de Sherbrooke.  

L’échange interculturel : élargir ses perspectives et son réseau de contacts  

À l’ère de la mondialisation, les discussions entre les personnes participantes du Québec et du Maroc représentent une occasion en or pour échanger sur les meilleures pratiques et réfléchir à des enjeux globaux communs. C’est aussi la chance de découvrir une autre culture et de s’ouvrir aux autres pour faire ressortir quelque chose de nouveau en soi. «On a toujours des apprentissages à retirer des personnes avec lesquelles on travaille», s’exclame Zahya. De plus, les participants pourront élargir leur réseau de contacts au Québec et à l’international, ce qui représente un atout inestimable dans toute carrière. «Le programme ESPI offre l’opportunité, gratuitement et dans le confort de chez soi, de développer des liens interculturels et multidisciplinaires pour bonifier son réseau de contacts», mentionne Catherine.  

Ce type de rencontres ouvre souvent des portes pour l’avenir. Les organisatrices espèrent notamment voir émerger des collaborations interculturelles liées à l’entrepreneuriat social, idée au cœur même du projet.  

Un événement par et pour les personnes étudiantes des deux pays 

Oumaima Amegrissi, étudiante au doctorat en entrepreneuriat et management des organisations (Université Hassan II de Casablanca), ainsi que Oualid Koullou, étudiant au doctorat en éducation à l’entrepreneuriat et accompagnement entrepreneurial (Hassan II), viennent compléter le quatuor de personnes étudiantes créatrices de cet événement unique. 

ESPI Québec-Maroc propose des thématiques et des outils centrés sur les besoins et les intérêts de la communauté universitaire. «C’est un espace idéal pour mettre en pratique ce qu’on apprend à l’école», affirme Catherine. Ceux et celles qui se lancent en entrepreneuriat social ont un but commun : rendre le monde meilleur! Les personnes participantes pourront donc bénéficier d’échanges dynamiques, formateurs et inspirants qu’elles pourront ensuite appliquer à leur vie professionnelle, personnelle et académique.  

«Nous voulions que les jeunes prennent en main cet événement afin de favoriser les échanges dès sa création et sa mise en œuvre. Trop souvent, ces types d’événements sont conçus sans la participation des personnes étudiantes. Dans ce cas-ci, tout le sens et la pertinence de l’événement leur reviennent», ajoute un des initiateurs de ce projet, Jean Bibeau, professeur en entrepreneuriat à l’UdeS et directeur de l’Accélérateur entrepreneurial Desjardins (AED) de l’UdeS. Le Pr Salah Koubaa, professeur et chercheur en économie et gestion et vice-doyen recherche et coopération FSJESAC pour l’Université Hassan II de Casablanca et Clément Moliner-Roy, conseiller de projets à impact à l’AED et responsable pédagogique et gestionnaire des projets Enactus pour l’UdeS, sont les deux autres co-initiateurs de ce projet. 

L’organisation souhaite particulièrement remercier l’AED de l’UdeS qui assure la production de l’événement, le Centre d’incubation et de Recherche Action en Économie Sociale et Solidaire (CIRA-ESS), Enactus Université de Sherbrooke et USherbrooke International ainsi que le ministère des Relations internationales et de la Francophonie pour le soutien financier à cet événement.

Comment participer?  

Cinq conditions permettent l’admissibilité à cet événement 

  1. Être une personne étudiante; 
  2. Être disponible et présente à toutes les dates et heures des quatre ateliers proposés ainsi qu’aux séances d’ouverture et de fermeture; 
  3. Avoir une connexion internet stable et être prête à interagir à caméra et micro ouverts; 
  4. Être d’accord à ce que les ateliers soient enregistrées pour des fins de recherche scientifique; 
  5. Remplir le formulaire d’inscription! 

Consulter la programmation        Remplir le formulaire d’inscription


Crédit photo @ Maria Camila Gallego

Partager cette publication