Par Josiane Demers 

En écrivant ces lignes, je vis un petit deuil alors que je quitte la section Sports et bien-être pour relever l’incroyable défi que représente mon nouveau poste, celui de rédactrice en chef du journal Le Collectif. Cette année, j’ai compris que le sport, ce n’est pas que des performances, c’est aussi le reflet de la société et les sujets sont infinis. Rarement un peu, parfois passionnément et presque toujours à la folie, j’affectionne le sport et tout ce que ça englobe. 

Ceux et celles qui me connaissent savent que j’ai un style de rédaction plutôt cartésien dans lequel je n’émets que très rarement mon opinion. Néanmoins, pour ce dernier texte comme cheffe de pupitre, je tenais à parler d’un sujet qui me tienà cœur, soit les entreprises qui capitalisent sur les insécurités des gens pour vendre des produits afin « d’améliorer leur corps » 

Bien qu’un mouvement de body positivity souffle sur le monde entier, lentement mais surement, certaines personnes ressentent encore d’énormepressions de se conformer à « l’idéal physique » encore trop souvent prôné par la société.  

Arrête, Monique 

En tant que personne ronde ou grosse, si vous aimez mieux, j’ai déjà, à une certaine époque, eu envie d’essayer certains produits. Je veux souligner que tout le monde a des insécurités et que la quête du corps parfait n’appartient pas exclusivement aux personnes en surpoids.   

Rationnellement, j’ai toujours su que les remèdes miracles n’existaient pas, mais certains jugements que je ressentais de la part de mes pairs, ou même d’étrangers, me poussaient à vouloir maigrir.  

Parfois, ni la santé physique ni la santé mentale ne nous permettent « de nous prendre en main », comme diraient les « Monique » de ce monde qui n’ont pas d’autres activités que de juger le corps d’autrui. Aujourd’hui, vous savez quoi? Je ne me suis jamais sentie aussi confiante et mon corps, je l’aime (en tout cas, la plupart du temps).  

Pour certains, ce combat vers l’acceptation durera toute une vie. C’est pourquoi j’ai un profond malaise avec les entreprises qui font miroiter des quick fix de perte de poids, armées de spécialistes du marketing qui nous donnent envie d’y croire et qui exploitent nos insécurités.   

La « détox » 

Nombreux sont les jus et les régimes douteux, et abondantes sur nos tablettes d’épiceries sont les pilules « naturelles » nous promettant d’éliminer lesdites toxines qui nous « empoisonnent »Certains promettent même l’accélération du métabolisme. Sur le site web du pharmacien Olivier Bernard, mieux connu sous le pseudonyme Pharmachienon déboulonne certains mythes liés à cette mode de purification de l’organisme« Ces produits ne contiennent que des diurétiques et des laxatifs qui vous font aller aux toilettes plus fréquemment », explique monsieur Bernard 

Il est alors tout à fait normal de perdre du poids rapidement lorsque nous consommons peu de nutriments et que nous visitons le trône six fois par jour. Au lieu de dépenser autant d’argent, rabattons-nous plutôt sur des fibres si le besoin s’en fait sentir  

Voici quelques faussetés utilisées par diverses entreprises afin de nous convaincre d’utiliser leurs produits selon le PharmachienCertains prétendent qu’il y a plus de toxines dans l’air depuis la révolution industrielle, que lorsque notre corps accumule beaucoup de toxines, il n’absorbe plus les vitamines et les nutriments et que la détoxification aide le foie et les reins à évacuer les déchets en plus de favoriser l’élimination d’aliments restés coincés dans les intestins.  

Aux États-Unis, selon Grand view reseach, l’industrie de la détoxification représentait 50,92 milliardde dollars en 2019. Cette tendance semble s’étendre au Canada.  

Honnêtement, si vous avez envie de faire des détoxifications et que vous vous sentez mieux après, c’est parfait. Assurez-vous néanmoins de faire des choix judicieux qui n’auront pas d’effets négatifs sur votre santé.  

Le body wrap 

Vous avez surement tous vu des images de femmes qui s’enroulent dans un matériel s’apparentant au papier Saran pour éliminer la graisse et la cellulite. Souvent, des produits soi-disant naturels y sont ajoutés pour favoriser le processus. Encore une fois, c’est libre à tous d’essayer, mais avant, il y a beaucoup de choses à considérer afin d’éviter les embuches. Selon le site Heathlineil est important de valider la qualité des produits utilisés et il faut être conscient de l’inconfort et de la déshydratation qui peuvent potentiellement être provoqués par la compression du wrap 

Mis à part un portefeuille plus léger, une peau momentanément plus douce et une légère perte de poids due à la déshydratation engendrée par ce type de produit, les chances que ces effets persistent à long terme sont pratiquement nulles. Enfin, sauf pour le portefeuille!  

Le comble 

Dans les dernières semaines, je regardais les maillots de bain. Évidemment, les algorithmes de Facebook, alias Big Brother, l’ont détecté. Depuis, on me suggère des maillots d’une entreprise américaine dont je tairai le nom qui fabrique des maillots de bain couvrant pratiquement tout le corps. Il s’agit de vêtements complets, mais en matériel de maillots de bain. Leur pitch de vente : voici enfin des maillots qui vous permettront de cacher les parties de votre corps que vous n’aimez pas; soyez enfin confiante à la piscine. Wait, what? Sommes-nous encore là en 2021? Il me semble que l’acceptation de son corps tel qu’il est doit être le message, non? Plus on normalise les corps atypiques, plus ils deviendront typiques 

Tout le monde a des insécurités indépendamment de son poids et plusieurs types d’entreprises tirent profit de celles-ci. Cependant, l’industrie de la perte de poids est celle dont je souhaitais vous parler aujourd’hui parce que, par expérience personnelle, c’est celle qui m’a le plus affectée et qui affecte certaines de mes amies.  

En terminant, je dois faire mon mea culpa. J’avoue, dans mes jeunes années, j’ai moi-même jugé des gens, non pas sur le poids, mais sur leurs choix vestimentaires qui ne les avantageaient pas. Honnêtement, à quel point étais-je dans le champ? En rétrospective, je pense que j’étais simplement envieuse de leur audace alors que je ne me permettaipas de porter certaines choses qui révélaience que je considérais comme mes failles. Clairement, je projetais mes propres insécurités sur les autres 

Aujourd’hui, je salue la diversité corporelle. Il n’y a rien de plus beau qu’une personne confiante qui est bien dans sa peau!

À lire aussi

L’équilibre sans régime

Sport, grossophobie… alouette !

Grosse, et puis ? : un livre pour mieux comprendre la grossophobie

Partager cette publication