Par Simon RD 

CHRONIQUE/Le samedi17avril avait lieu un «combat de boxe» entre le célèbre youtubeur Jake Paul et le combattant de la division UFC Ben Askeren. Le gala s’est déroulé en compagnie de plusieurs vedettes telles que Snoop Dogg et Pete Davidson. Ce dîner de cons avait été largement annoncé sur les médias sociaux, mais surtout sur la plateforme Tik Tok. Ceci n’est pas une chronique sportive, mais plutôt une discussion sur le déclin et l’apogée d’une sous-culture populaire chromée à souhait.   

A priori, l’évènement apparaissait très divertissant, un gala de boxe un peu humoristique, où la moyenne des personnes présentes dans le local était certainement «défoncées» au cannabisBien sûr, Snoop Dog et Ice Cube étaient là! Des gens notoires dans l’industrie de la musique pour des raisons bien évidentes : ce sont des légendes.  

Oscar dela Hoya, célèbre champion à la boxe, était présent pour commenter l’évènement. Honnêtement, au départ, tout semblait presque normal. Finalement, on avait surtout l’impression d’assister à un gala de lutte, ce qui n’est pas si malsain en soi. 

Là où tout s’écroule, c’est quand on se met à analyser l’évènement sous un œil critique : mais quel fiasco, c’est de cette façon que l’on traite l’art de la boxe. Pendant l’évènement, des personnalités tristement connues, via les plateformes machiavéliques comme Tik Tok, apparaissaient. C’était carrément le festival de l’absurde : les sœurs Damélios, incapables de comprendre comment l’on donne une «ceinture» aux vainqueurs, Addison Rae qui courtise le «boxeur» Jake Paul dans le vestiaire et d’autres êtres étranges de Tik Tok, tous chromés de la peau et des dents comme des poupées.  

Un des combles de la médiocrité, une belle prise de vue s’est arrêtée sur l’absurde ex-chum d’Arianna Grande, Pete Davidson, qui a soufflé la boucane de son joint, dans le visage d’un monsieur dont le nom m’échappe. Mais, que se passe-t-il? À ce point-là? Bon, peut-être que l’homme en question était consentant (laissez-moi en douter), mais quel message cela envoie, c’était complètement surréaliste… 

C’est comme ça qu’on traite l’art de la boxe? 

La boxe est un sport de discipline, de rigueur et d’honneur. Combien de boxeurs ont dû braver les échelons pour ainsi espérer obtenir un championnat du monde? À quel point peut-on se permettre, sur n’importe quel prétexte, de manquer de respect à un sport comme la boxe? Le samedi17avril passé, la boxe a mangé un «uppercut» et l’industrie du spectacle a enregistré une victoire par K.O.   

Honnêtement, c’était un spectacle des plus macabre pour l’art de la boxe et surtout un constat effroyable de l’existence des représentants chromés et superficiels, d’une jeune génération déjà anxieuse qui pour modèle des jeunes petits riches, sans respect et sans honneur et pour qui la hauteur de leurs succès n’existe que sur des échanges vides et toxiques les uns envers les autres.  

La boxe a été martelée ce soir-là, dans un endroit où personne n’a pris cet art au sérieux, parce qu’on s’en foutait. La gloire avant tout, aussi illusoire qu’elle puisse être. Mais qu’est-ce que la jeunesse américaine mijote? «American best way of life?», non merci! 

Depuis un certain temps, quelques youtubeurs et tik-tokers se défient en duels de boxe. C’est bien correct dans un sens, mais est-ce qu’on fait la promotion de la violence ou celle de l’art du combat et de l’honneur, là est la question. Puis, à quel point tout est paradoxal et absurde pour qu’une journée, un petit homme comme Bryce All fasse des petites danses coquettes sur des chansons de piètre qualité et que le lendemain, il se défende d’être un dur à cuir entre les câbles?  

De surcroît, on avait entendu dire que Logan Paul, un autre youtubeur célèbre, voulait faire un combat avec Floyd Mayweather. Gang, faut qu’on se parle! On pourrait prédire que si ce type de combat avait lieu, ce serait un coup de massue et un déshonneur à la boxe. L’art de vouloir tuer un sport pour lequel des légendes comme Mohamed Ali ou Mike Tyson ont donné leur vie, au bénéfice de l’ego de jeunes imposteurs de Los Angeles.   

La société Chromée  

Ici, le but n’est certainement pas d’américaniser le débat, mais les tendances américaines et leurs idéaux ont souvent tendance à avoir une entrée privilégiée sur notre frontière «Québec-USA». Pour l’instant, ce n’est pas si pire, Dieu soit loué!  

Est-ce vraiment le type de célébrités ou de personnalités sans respect qu’on veut prôner? Parmi eux, personne n’a sauvé des vies en passant. Ils sont devenus riches en gonflant leurs égaux sur les réseaux sociaux numériques. 

Le gala portant le nom de Fight Club était beaucoup plus qu’un combat de boxe, c’était un cri d’alerte. Un «freak show», avec des jeunes (probablement mineurs) dans un endroit où les gens étaient tout beaux, sans défaut et qui transforment leur «Drama» qu’ils entretiennent sur les réseaux sociaux, en quelque chose de réel, mais tout est illusion et pervers. On joue tous un rôle, mais certains rôles cyniques peuvent fortement avoir des conséquences importantes sur une génération. 

Dans toute génération, le con trouve sa place, mais je préférerais de loin avoir grandi dans un monde où les cons n’ont pas facilement accès à un outil de communication aussi puissant, et que mes héros et inspirations eurent été Martin Luther King ou Mohamed Ali.  

Ce n’était pas un gala de boxe, mais l’évidence d’une culture américaine en profond déclin. 


Crédit montage @ Simon RD

À lire aussi

Vivre pour la boxe, mais se respecter avant tout

Partager cette publication