Par Rayane Baïtiche

Le 5 mai dernier, la communauté estrienne a profité d’un succulent voyage culinaire au Centre de l’activité physique (CAP) du Cégep de Sherbrooke. Ce sont plus de 600 personnes qui ont festoyé, ri et dansé à la 47e édition du buffet interculturel sous le thème de l’Amérique latine. Pas moins de 28 pays ont partagé leur gastronomie.  Ainsi, certains pays de l’Amérique latine ont été mis en évidence, dont l’Argentine, Haïti, Cuba et les Caraïbes. Le Collectif s’est entretenu avec Mercedes Orellana, la directrice générale de l’organisme Service d’aide aux Néo-Canadiens (SANC) qui était chargé de l’organisation de l’événement.

Accueillir les personnes immigrantes

Le SANC a pour mission de faciliter l’intégration à la vie socioéconomique et culturelle des immigrantes et des immigrants dans la région de l’Estrie. Qui plus est, le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion a mandaté l’organisme pour recevoir les personnes immigrantes à la Ville de Sherbrooke. Cet organisme à but non lucratif est aussi reconnu par Emploi-Québec, puisqu’il soutient les nouveaux et nouvelles arrivant(e)s dans leur recherche d’emploi, dans le placement ainsi que le maintien de l’emploi. L’événement a contribué au rapprochement interculturel des diverses communautés telles que celles de l’Irlande, de la Russie, du Liban, du Brésil ou encore de l’Afghanistan. Il s’agissait, de plus, de la principale activité-bénéfice du SANC afin de permettre de financer des activités qui ne sont pas subventionnées par le gouvernement.  Les billets étaient, à cet effet, vendus au coût de 65 $ et comprenaient l’accès aux kiosques, l’entrée, le plat et le dessert de quatre pays.

Découvrir de nouvelles cultures

Le buffet interculturel a permis de faire un pont entre la communauté estrienne et de multiples cultures à travers la découverte de nouvelles traditions culinaires. De plus, pour une deuxième année consécutive, la population a pu découvrir l’exotisme des pays grâce à un bazar où 22 pays sont représentés, dont les pays du Maghreb, qui ont charmé les invités avec l’art du henné. Les échanges avec les diverses nationalités ont contribué à l’intégration des représentants des pays. Par ailleurs, il y a eu un exercice avec les convives pour compléter la piñata et celle-ci a été tirée vers la fin du buffet.

Organisation de l’événement

Nicole Robitaille est la bénévole ayant coordonné le comité organisateur de l’événement, composé d’une douzaine de personnes. Ce comité s’est impliqué dans diverses tâches, notamment celles de recruter les pays, les bénévoles pour le bar, la décoration, le matériel ainsi que pour s’occuper des relations publiques.  Les bénévoles ont commencé à travailler sur l’organisation de l’événement dès décembre 2017. En effet, « chaque année, ça prend six mois pour organiser l’événement », souligne Mercedes Orellana. Il y avait environ 150 bénévoles pour préparer les repas, occuper des postes de sécurité ou être présent(e)s au service aux tables. Par ailleurs, les personnes s’occupant de la cuisine ont été accueillies par l’organisme SANC et ont accepté de préparer 80 repas pour chaque pays. Évidemment, les ingrédients étaient fournis par l’organisation.


Crédit Photo @ Rayane Baïtiche

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *