La Canadienne Bianca Andreescu remporte le US Open

Par Jean-François Eddie

À seulement 19 ans, Bianca Andreescu remporte les internationaux des États-Unis. Elle est la première joueuse canadienne à remporter un titre du grand chelem, surplombant la grande favorite, Serena Williams, par les marques de 6-3 et 7-5, samedi le 8 septembre en après-midi à New York.

« Ce n'est en fait pas la première fois que je m'imaginais disputant la finale, et qui plus est contre Serena Williams. C'est fou, a confié la championne, émue, en conférence de presse. J'ai rêvé de ce moment depuis longtemps. J'étais persuadée que je pouvais être là où je suis. Je l'ai visualisé presque tous les jours. Et le fait que ça soit devenu réalité est fou! Comme quoi ces visualisations marchent vraiment. »

« Mon objectif a toujours été de gagner le plus grand tournoi possible »

En début de rencontre, Andreescu se montre particulièrement tenace alors quelle brise la cadette des sœurs Williams dès le premier jeu du match. Avec un score de 4-3 en première manche, la jeune Canadienne se donne quatre nouvelles balles de bris, mais Williams, qui en est à sa 33ième finale en grand chelem, ne fléchit pas. Le vent tourne finalement du côté d’Andreescu deux jeux plus tard, lorsqu’elle profite d’une bourde de son adversaire, remportant la première manche 6-3.

Visiblement mécontente de sa performance, Serena Williams aborde la deuxième manche en perdant à nouveau le service. Il n’en fallait pas plus pour la jeune Ontarienne. Elle exécute coup après coup et prend une importante avance à 5-1. La légende du tennis féminin connaît toutefois un regain d’énergie et amène le score à égalité, au grand plaisir de la foule entassée dans le parc Flushing-Meadows. « J’essayais de me battre pour chaque point. La foule m’encourageait tellement, ça m’a beaucoup aidée », a expliqué Williams.

Avec le match à son apogée, Andreescu s’impose enfin et prend les devants par la marque de 6-5. « J'essayais de bloquer le bruit. J'arrivais à peine à m'entendre penser à ce moment-là. Ils étaient vraiment, vraiment bruyants. Mais j'imagine que c'est ce qui rend ce tournoi aussi spécial. J'ai juste essayé de rester aussi concentrée que possible. Ce n'est pas facile de ne rien laisser passer, mais je pense ne m'en être pas trop mal sortie » témoignait la canadienne. Peu de temps après, la jeune Ontarienne se donne deux balles de championnat, puis concrétise finalement sa victoire sur Serena Williams par la marque de 7-5. Visiblement épuisée, Bianca Andreescu s’effondre sur le terrain; elle est championne d’un grand chelem à l’âge de 19 ans.

« Mon objectif a toujours été de gagner le plus de tournois du Grand Chelem possible, de devenir la joueuse numéro un au monde, a affirmé Andreescu. L’idée de la gloire ne m’est jamais passée par l’esprit, mais je ne me plains pas. J’ai vécu une année complètement folle. Je pourrais certainement m’habituer à cette sensation. » Avec sa première victoire en Grand Chelem, la jeune canadienne, qui était classée au 152e rang du WTA (Women’s Tennis Association) au début de l’année, se trouve désormais au 5e rang, derrière (1) Ashleigh Barty (2) Karolina Pliskova (3) Elina Svitolina et (4) Naomi Osaka.

Raphael Nadal remporte le 19e titre

Du côté des hommes maintenant, c’est l’Espagnol Raphael Nadal qui rafle les grands honneurs face au Russe Daniil Medvedev en cinq manches respectives de 7-5 ; 6-3 ; 5-7 ; 4-6 et 6-4. Alors que la foule croyait être témoin d’une remontée historique de Medvedev, forçant la tenue d’une manche ultime (2-2), c’est finalement Nadal qui l’emporte. Performance spectaculaire pour les deux hommes, la tension est restée palpable jusqu’à la toute fin alors que Medvedev a comblé un retard de deux sets pour amener le score à 5-4.

« Je me battais pour tous les points, a noté Medvedev. Je crois que (les spectateurs) ont apprécié. Je sais aussi que je devais tout donner ce que j’avais, tout mon cœur pour eux. Pour moi d’abord, mais pour eux aussi. Je crois qu’ils l’ont vu et qu’ils l’ont apprécié (…) c’était un match incroyable. » Avec cette quatrième victoire à Flushing-Meadows pour Nadal, il se rapproche à un titre seulement de son grand rival, Roger Federer (20 grands chelems).

Shapovalov s’incline contre Monfils

Le Canadien Denis Shapovalov a dû s’avouer vaincu devant le Français Gaël Monfils au troisième tour du US Open. Le Français a remporté le marathon de cinq manches 6-7, 7-6, 6-4, 6-7, et 6-3. Malgré la défaite, le jeune Canadien de 20 ans, qui est classé 33e au monde, a livré une performance spectaculaire. Alors qu’il était désavantagé à 1-4 en troisième manche, le jeune blondinet a fait preuve de beaucoup de caractère en s’offrant un troisième bris d’égalité.

« Il était tellement relâché. C’était une blague, je ne savais plus si je devais jouer du revers ou sur mon coup droit. De 4-1 à 6-5, j’ai eu l’impression que ça s’est passé très vite. Ensuite, je lui ai remis une petite droite et il m’a remis un bon crochet », expliquait Monfils, qui s’est incliné pour sa part en quart de finale face à l’italien Matteo Berrettini. L’autre canadien qui était en lice, Vasek Pospisil, a dû faire ses bagages en fin de deuxième tour face à l’Américain Tennys Sandgren. Le Vancouvérois avait causé la surprise au premier tour lorsqu’il avait éliminé la 9e raquette au monde, le russe Karen Khachanov.

Au-delà de la défaite, Shapovalov et Pospisil ont un point en commun à la suite des internationaux américains. Ils sont tous deux extrêmement fiers de la championne Bianca Andreescu. « Pour être honnête je suis bouche bée, expliquait Pospisil. La façon dont elle a géré le match, Serena et la foule, c’était incroyable et impressionnant. C’est un grand jour pour le pays! » Alors qu’elle entre dans l’histoire, Andreescu n’a pas l’intention de s’arrêter là. La Canadienne de 19 ans sera présente au Beijing Open, du 28 septembre au 6 octobre.


Crédit Photo @ Keystone

Partager cette publication

Laisser une réponse