Par Marika Vachon 

Le 6 novembre dernier, Rita Baga était de passage à la Salle Maurice O’Bready dans le cadre de la tournée de son premier one-woman show : Créature. C’est avec splendeur et extravagance que Rita a fait son entrée par l’arrière de la salle, vêtue d’un costume d’extraterrestre digne d’un film de science-fiction.  

Dès les premières minutes de son spectacle, nous avons été transportés vers un monde intergalactique grâce aux trois écrans qui projettaient des images de l’espace et des animations toute la durée du spectacle, le tout accompagné d’une narration au ton humoristique et informatif.  

Un show digne de Rita 

Chaudement accueillie par la foule en délire, Rita se présente comme une extraterrestre qui cherche à connaître l’univers où elle vient d’arriver. Pour ce faire, elle nous amène dans un voyage temporel et musical, qui part de l’époque des cabarets et de celle du jazz, en passant par le disco des années 70, les années 80 et 90, et remonte jusqu’à aujourd’hui. 

En passant par les plus grandes icônes influentes du monde de la drag de chaque décennie, en saluant Ru Paul et en revoyant ses performances iconiques de Canada’s drag race, elle embrase la scène. Elle emprunte la voix de Cher, Madonna, Rihanna, Lady Gaga, Marie-Mai, Guilda, Shania Twain, pour nommer que celles-ci. Impossible de ne pas avoir le goût de danser au rythme des plus grands succès de chaque année tandis que Rita se déchaîne sur scène. Pendant presque deux heures, l’ambiance de fête est au rendez-vous.  

Une performance de feu 

C’est avec paillettes, talons hauts et perruques assorties qu’elle enchaîne les chorégraphies les unes après les autres. Sans parler de la vitesse remarquable à laquelle elle change de costume entre les chansons!  

Rita nous a offert avec élégance deux prestations live dans l’époque du jazz qui ont laissé le public littéralement sans voix. Ses imitations de Céline Dion avec les chansons «Ne partez pas sans moi» et «Incognito», alors qu’elle était vêtue d’habits pratiquement identiques à ceux des performances originales de Céline, étaient réussies. La créature clôt le spectacle par une sublime reproduction des plus grands succès d’Adèle. 

Un spectacle de diversité 

Le grand public québécois a d’abord connu Rita par ses passages remarqués aux émissions Big Brother Célébrité et Canada’s Drag race, où elle s’est retrouvée finaliste dans la compétition, l’an dernier. Rita n’a jamais caché le fait de vouloir démocratiser l’art de la drag, qui, selon elle, ne devrait pas être seulement exploité dans les bars, devant des spectateurs initiés. Lors d’une pause bien méritée dans son spectacle, elle a sondé les gens dans la salle à savoir l’âge du public : un spectacle accueillant les moins de 18 ans jusqu’aux plus de 70 ans.


Crédit photo @ Rita Baga

Partager cette publication