Par Guillaume Desmarais

La dernière année a été très occupée pour la Fédération étudiante de l’Université de Sherbrooke (FEUS). En plus d’avoir eu à s’adapter à une nouvelle réalité et d’avoir dû gérer plusieurs situations exceptionnelles, la FEUS a profité de la pandémie pour réaffirmer son rôle de leader régional. En partenariat avec les associations étudiantes de l’Université Bishop’s et du Cégep de Sherbrooke, une association régionale a été créée. Cette initiative se nomme la Table associative estrienne (TASSE). 

La FEUS espère que ses membres porteront une attention particulière au projet, qui est une belle opportunité pour eux. Mais pourquoi avoir travaillé toute l’année pour créer une association régionale? L’Estrie, et plus particulièrement la ville de Sherbrooke, est dans une situation singulière au Québec parce qu’elle représente une grande proportion de la communauté étudiante en enseignement supérieur.  

D’ailleurs, les universités et les cégeps sont en constantes communications, mais les associations étudiantes n’ont pas accès aux mêmes opportunités et aux mêmes canaux. Cela fait plusieurs années que les personnes représentant les associations étudiantes estriennes tentent de trouver une solution à ce problème. La réflexion s’est conclue cet automne par la création d’une coalition propre à la communauté étudiante estrienne. Ce projet permettra aux associations de réfléchir d’une façon innovante grâce à la collaboration en mettant en place un projet structurant pour coaliser la communauté étudiante. 

La TASSE, le principe en chiffres 

Concrètement, la TASSE est un OBNL qui regroupe plus de 24000 personnes étudiantes en Estrie et qui vise à représenter les intérêts communs de ces dernières. Elle vise aussi à promouvoir et défendre les droits de l’ensemble de la communauté étudiante estrienne. Bien que la TASSE soit une très jeune organisation, elle a déjà mené deux actions de mobilisation et de sensibilisation. La première invitait au respect des mesures sanitaires dans les parcs de la ville de Sherbrooke après que des abus aient été constatés par la population et relayés dans les médias. La seconde initiative est toujours en cours et demande une solution de vaccination inclusive et accessible pour toutes les personnes étudiantes par la mise sur pied de cliniques mobiles de vaccination.   

Un groupe de pression pour les étudiants estriens par les étudiants estriens 

Comme mentionné plus tôt, la TASSE est une très jeune organisation. La prochaine année sera déterminante pour en statuer les orientations et la pertinence. À court et moyen terme, il est prévu que l’association devienne un réel vecteur politique et porte plusieurs enjeux étudiants pendant les élections municipales de 2021. Bien que la ville de Sherbrooke soit essentiellement une ville étudiante, le poids démocratique et démographique des personnes étudiantes est trop souvent sous-estimé. L’objectif est clair : faire de la TASSE un acteur politique important pour que les enjeux étudiants soient non seulement mis à l’ordre du jour, mais qu’ils soient aussi prioritaires. 


Crédit photo @ Michel Caron, Université de Sherbrooke

Partager cette publication