Par Sébastien Binet

Le débat est devenu routinier. Alors que le soccer et le football sont deux des principaux sports nord-américains qui ne semblent pas du tout souffrir au niveau du spectacle, il semble en être tout autre pour le baseball et le hockey. Les suggestions se font nombreuses, mais les dirigeants restent encore relativement frileux par rapport au changement : changer le spectacle ou l’essence même du sport.

L’année 2006 : mortelle pour le baseball

En 2006, c’est l’année qui a vu naitre les sanctions les plus sévères dans le monde du baseball au niveau de l’utilisation de stéroïdes anabolisants. Plus d’une centaine de ces produits ont vu leur utilisation être interdite à moins de vouloir courir le risque d’être suspendu très sérieusement. Les techniques de détection devenues beaucoup plus précises, les joueurs devaient faire plus attention et le spectacle en a souffert. Finies les courses au circuit qui avaient soulevé les amateurs de baseball aux quatre coins du pays au début des années 2000.

Un peu moins loin encore, 2006 a aussi vu arriver sur ses terrains de baseball des caméras de détection de lancers. Même si ces caméras ont été créées pour analyser la vitesse et la trajectoire des lancers provenant du monticule, la ligue a quant à elle décidé d’en faire un usage beaucoup plus poussé. Ils pouvaient désormais créer une zone de prise technologiquement parfaite, et ensuite analyser les performances des arbitres.

Un résultat sans équivoque

La différence avec avant, ce sont les tirs aux genoux qui étaient considérés comme des balles. Maintenant appelés par les arbitres, ces lancers rendent la tâche beaucoup plus compliquée pour les frappeurs. La preuve, c’est que depuis le début des années 2000, le nombre de circuits et de points par match dans la ligue est en baisse de 20 % comparativement aux retraits au bâton qui sont quant à eux en hausse de 20 %.

Il va sans dire que le spectacle n’est plus le même depuis et le baseball majeur se pose des questions. Toucher à l’intégrité du sport ou s’assurer d’aller chercher plus de cotes d’écoute? Impossible physiquement de rendre les joueurs meilleurs alors quoi faire, désavantager les lanceurs?

Le hockey qui vit les mêmes problèmes

Contrairement au baseball, le hockey n’a pas eu de période de stéroïdes qui a changé le visage du sport. Les gardiens de but ont toutefois eu un impact similaire à celui des stéroïdes au baseball. L’apparition du style papillon ainsi que des équipements et des techniques beaucoup plus avancées ont contribué à une diminution significative des buts par match et les responsables de la ligue sont préoccupés par le phénomène. Depuis 20 saisons, aucune moyenne de but par match n’a dépassé le chiffre 3 et seulement trois ont été supérieures à 2.66 buts. Quoi faire alors? Réduire l’équipement ou agrandir les buts?

En réalité, la tolérance, c’est bien ce dont nous avons tous besoin en tant qu’amateurs. Se faire à l’idée que le sport ne sera plus jamais « comme dans mon temps » est peut-être dur, mais le sens du spectacle, c’est relatif, à nous de nous adapter.


Crédit photo © CBC

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *