Par Ariane Drainville

Lors des assemblées générales extraordinaires de grève pour la rémunération des stages, qui se sont déroulées le 14 novembre dernier, les membres de l’AGEFLESH et de l’AGEEP ont voté respectivement pour une grève du 19 au 23 novembre 2018 inclusivement et une grève le 21 novembre.

Les considérations

Les considérations ayant mené les membres à se positionner sur la rémunération des stages obligatoires sont nombreuses : la valeur du travail gratuit, les ressources des organismes qui reçoivent des stagiaires, le manque de soutien de l’État, le féminisme et le care et la non-reconnaissance de certains secteurs de l’emploi par l’État. Aussi, il a été amené en plénière que le moment était propice pour se faire entendre en raison de l’absence de positionnement durant les élections provinciales 2018, des succès de la grève de 2017 et la mobilisation déjà établie de certaines associations étudiantes québécoises.

La grève à l’AGEFLESH

Durant la grève, les membres devront s’assurer de faire lever tous les cours normalement donnés durant cette période. De plus, il a été amendé que les heures d’activités pédagogiques ou autre, en lien avec l’université, ne soient pas reprises, afin que les membres soient protégés d’éventuelles reprises à des moments contraignants. Plusieurs cours intensifs de l’École de musique ont été exclus du mandat, ainsi que deux cours du baccalauréat en Politique appliquée.

Une forte majorité a appuyé le mandat lors d’un vote secret, pour un total de 188 personnes pour, 18 contre et 7 abstentions. L’École de travail social était fortement représentée durant l’assemblée.

À l’AGEEP, la journée de grève du 21 novembre a été adoptée par 70 personnes pour,  avec 24 contre et 5 abstentions.

La réaction des directions

Alors que la direction de l’École de travail social de l’Université McGill a envoyé un message de soutien aux futurs grévistes, assurant qu’aucune pénalité ne serait appliquée pour le manque d’heures de classe ou de stage, les étudiantes et étudiants de l’École de travail social de l’UdeS ont reçus des courriels totalement opposés. On leur a mentionné qu’une absence des milieux de stage pour la grève ou une assemblée générale ne répondait pas aux exigences de leur Ordre professionnel. En assemblée, des étudiantes se sont exprimées à ce sujet, dénonçant la campagne de peur et les menaces non fondées de la direction.

Journées de grève = mobilisation

Selon Corinne Lamy, co-coordinatrice du comité de mobilisation de l’AGEFLESH, des activités organisées auront lieu à la Faculté. « Lundi, on préparera du matériel de mobilisation, mardi, on fera la tournée de toutes les associations étudiantes de l’UdeS et on aura un atelier-discussion. Mercredi, on manifeste à Sherbrooke et jeudi, on visite des milieux de stage. » Tout le monde est invité à participer.

Jusqu’à maintenant, plus de 50 000 étudiantes et étudiants seront en grève le 21 novembre. Pour tout savoir sur la grève des stages et les associations étudiantes concernées, le site internet grevedesstages.info offre de l’information très complète et à jour.


Crédit Photo @ grevedesstages.info

Partager cette publication