Par Alexandre Leclerc

Après avoir perdu, bien malgré lui, une belle opportunité de remporter les grands honneurs du circuit Courteau lors de la saison 2019-2020, le Phœnix de Sherbrooke a amorcé, l’an dernier, son processus de reconstruction, échangeant au passage de jeunes vétérans comme Samuel Poulin, Benjamin Tardif, Xavier Bernard, Bailey Peach, Jaxon Bellamy et Patrick Guay. Gagnant au change l’ancien premier choix total de l’encan de la LHJMQ, Joshua Roy (repêché en 5e ronde par le Canadien en juillet dernier), ainsi que celui de cette année, Ethan Gauthier, la formation de Stéphane Julien possède maintenant de bonnes munitions pour rebondir d’une saison écourtée et éprouvante.

Il est très difficile, dans la LHJMQ, d’avoir une équipe performante d’année en année. On parle souvent de cycles de deux à quatre ans entre le moment où une franchise se retrouve en tête du classement général et celui où elle dégringole dans ses bas-fonds. Lorsqu’une équipe est talentueuse, ses joueurs sont repêchés dans la LNH et ses meilleurs espoirs quittent parfois la ligue dès l’âge de 18 ans, comme ce fut récemment le cas d’Alexis Lafrenière. C’est une roue qui tourne que le hockey junior, cet écosystème qui ne pardonne pas.

Des jeunes en belle progression

Heureusement pour le Phoenix de Sherbrooke, l’attente pourrait être moins longue que prévu entre ces deux cycles. Joshua Roy, acquis des Sea Dogs de Saint John l’an dernier, montre de belles choses en ce début de saison bien moins chaotique que celui de l’an dernier. L’attaquant de 18 ans a mentionné avoir trimé dur cet été pour à la fois devenir imposant physiquement et changer l’image de joueur peu travaillant qui lui colle à la peau depuis ses débuts dans la LHJMQ.

Si son camp d’entraînement encourageant avec les Canadiens de Montréal peut témoigner de son changement d’attitude, reste à voir s’il saura s’imposer comme l’un des piliers de l’attaque du Phoenix cette saison. Disons qu’il prouve que le Phoenix peut compter sur lui jusqu’à présent, lui qui a tout de même terminé au 2e rang des pointeurs de l’équipe l’an dernier.

Cependant, c’était surtout Ethan Gauthier que les partisans attendaient avec impatience de voir à l’action. Meilleur espoir de 16 ans du circuit Courteau, Gauthier — fils de l’ancien défenseur de la LNH et analyste sportif Denis Gauthier — a su briser la glace rapidement contre les Huskies de Rouyn-Noranda lors du premier match de la saison. L’attaquant a marqué un but et a amassé une passe, s’enlevant ainsi une tonne de pression sur les épaules d’entrée de jeu.

Le jeune, que son entraîneur compare à Brendan Gallagher, entend s’imposer physiquement devant le filet adverse tout au long de la saison. Toutefois, selon Stéphane Julien, il ne faut pas s’attendre à ce que Gauthier amasse 1 à 2 points par match cette année. Malgré son repêchage tardif, il faut être patient avec ces jeunes joueurs moins matures physiquement que les autres qui ont souvent entre 18 et 22 ans.

« Quand tu repêches des joueurs comme lui, il faut que tu sois ouvert à l’idée que certaines soirées seront plus difficiles […], mais je ne suis pas inquiet parce qu’il a tellement déjà le sang d’un professionnel que les choses vont bien se passer pour lui », a-t-il mentionné lors d’une récente entrevue à RDS. Quoi qu’il en soit, Roy et Gauthier seront les joueurs les plus en vue des partisans du Phoenix cette saison.

Des attentes raisonnables pour la saison 2021-2022

Il ne faut pas se faire d’illusion, il est très peu probable de voir le Phoenix se tailler parmi les meilleures équipes de la LHJMQ cette saison. Après tout, l’équipe compte une dizaine de recrues et plusieurs joueurs de 18 ans et moins. Toutefois, Stéphane Julien croit que l’équipe possède beaucoup d’éléments pour être compétitive toute la saison. « On veut reconstruire l’équipe rapidement, ce n’est pas une question de quatre ans. Cette année on va être compétitifs, on va être milieu de peloton et plus. L’année prochaine, on veut vraiment être dans le top 4. »

Cette saison sera un véritable test pour les jeunes joueurs, qui devront développer une nouvelle identité avec le départ de la plupart des vétérans de la saison dernière. C’est un mandat que le capitaine Xavier Parent, aidé de ses assistants capitaines Julien Anctil, Anthony Munroe-Boucher et Maxime Blanchard, se devra de remplir si l’équipe souhaite s’assurer d’être compétitive.

Devant le filet, Ivan Zhigalov devrait persévérer pendant la majeure partie de la saison, assisté de Jakob Robillard. Le gardien biélorusse a été la première sélection du Phoenix lors du repêchage international effectué cet été, et il démontre déjà que l’équipe a bien fait de le prendre, lui qui a été invité au camp d’entraînement du Canadien plus tôt en septembre. Après quelques problèmes de visa, il devrait rejoindre le Phoenix à temps pour le match d’ouverture à domicile du 9 octobre.

Par ailleurs, les partisans pourront retrouver leur équipe chérie en grand nombre, les mesures sanitaires ayant été allégées par le ministre de la Santé Christian Dubé, qui autorise ainsi le retour au maximum de la capacité au Palais des Sports.

Rappelons au passage qu’il est possible de se procurer des billets de saison, et que le prix d’un billet individuel se situe entre 10 $ (pour les étudiantes et les étudiants) et 18 $ (public non-étudiant). Une sortie de choix pour les amateurs en manque de sport depuis la pandémie et qui n’osent pas se risquer à la frénésie qui s’emparera des prix du Centre Bell après la finale de la Coupe Stanley qu’ont connue nos glorieux cet été!


Crédit photo @ Vincent Lévesque Rousseau

Partager cette publication